👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

C'est avec beaucoup d'entrain que j'ai abordé ce film. Les critiques enjouées de mes éclaireurs, la note globale, le thème, tout indiquait que j'allais adorer.
Enfin non, pas tout, le résumé du film bien peu attrayant semblait n'être que prétexte à références geek, humour hilarant, et autres scènes cultes ! Comment ai-je fait pour attendre si longtemps avant de le visionner ?!?!?

Bah en fait non. Je ne suis pas très sensible au 4ème degré. C'est lourd, très lourd.
Le thème du film met assez longtemps à se mettre en place, et toute la première partie ne sert qu'à meubler. Les répliques sont grotesques, les expressions exagérées et les personnages trop anti-héros pour qu'un geek moyen puisse s'y identifier.
Puis arrive la première scène de combat. On en prend plein la vue, on en redemande !
Puis vient la deuxième scène de combat... qui est par contraste avec la première chiante à mourir, et dont la fin -une queue de poisson ridicule- laisse justement sur sa faim :-x.
Je ne vais pas les énumérer, mais ça ne s'arrange pas avec les suivantes. Scott se fait massacrer, et gagne par une ruse pas drôle et pas réaliste.
Le combat contre la fille porte à sourire, et celui contre le boss de la fin est du même style que le premier, et donc assez agréable, sans être vraiment plus bluffant.

En fait de références geek, on navigue dans un univers comics-jeu vidéo, avec des onomatopées accompagnant chaque bruitage, et effets spéciaux intégrant des éléments de différents jeux de notre jeunesse.
C'est assez bien fait, les combats sont rapides et les chorégraphies impressionnantes. C'est d'ailleurs ce qui pousse à regretter que certains combats soient inégaux !

Au final, on se retrouve avec un film destiné aux geeks nostalgiques (allez faire comprendre le 1up pixelisé à un gamin de 12 ans...) mais à l'humour pipi-caca très enfantin. Je ne pense pas qu'il y ait un vrai public pour ce scary-movie-like sauce nerd, ou alors je n'en fais pas partie, alors que j'avais l'impression qu'il m'était destiné. Le film reste divertissant, mais loin de la tuerie annoncée par certains...
lablaisaille
6
Écrit par

il y a 11 ans

1 j'aime

Scott Pilgrim
yavin
5

It's in the game

Je vais être honnête avec vous : c'est un peu agaçant de regarder un tel film et de trouver tous les appels du pied aux geeks / gamers super lourdingues quand on voit que ça semble ravir tant de gens...

Lire la critique

il y a 11 ans

191 j'aime

27

Scott Pilgrim
Gand-Alf
9

Life in 8-Bits.

Abandonnant momentanément ses comparses Simon Pegg et Nick Frost, Edgar Wright part à l'assaut de la perfide Hollywood, adaptant pour le grand écran la série de comic-books "Scott Pilgrim V.S. The...

Lire la critique

il y a 8 ans

130 j'aime

8

Scott Pilgrim
Clément
5

Le bienvenue chez les chtis des geeks

J'ai été déçu. Au début, je n'aurais pas su vraiment dire pourquoi. Il y a en effet plein de choses qui me parlent dans cette adaptation du comics, à commencer par une culture geek/jeux-vidéo...

Lire la critique

il y a 11 ans

110 j'aime

14

Entretien avec un vampire
lablaisaille
10

Et Anne Rice réinventa les vampires

C'est écrit dans le résumé du livre, mais je le répète ici : En écrivant ce livre, Anne Rice pensait juste raconter une courte nouvelle sur le thème des vampires. Et ça a rencontré le succès...

Lire la critique

il y a 11 ans

8 j'aime

6

Le Dîner de cons
lablaisaille
5

Critique de Le Dîner de cons par lablaisaille

Quelques répliques cultes, un concept génial, mais... Je déteste les films où on se fout de la gueule d'un personnage. Ici, c'est le thème, donc je ne peux pas dire que je n'ai pas été prévenu. La...

Lire la critique

il y a 11 ans

7 j'aime

6

Lost in Translation
lablaisaille
4

Critique de Lost in Translation par lablaisaille

Je ne comprends pas l'engouement pour ce film. Une romance assez basique entre deux personnes paumées. C'est bien joué, les acteurs font franchement à coté de leurs pompes. La love story, par contre,...

Lire la critique

il y a 11 ans

5 j'aime

6