Windows Holmes et John MacOS

Avis sur Searching - Portée disparue

Avatar RB451
Critique publiée par le

Searching - Portée disparue se positionne comme un nouveau genre de found footage, ou la caméra fait partie intégrante du récit, mais qui laisse ici la place à toutes les nouvelles formes de réseaux sociaux et de communications, ainsi qu'à toutes leurs possibilités.

David Kim élève seule sa fille d'une quinzaine d'années depuis la mort de sa femme, décédée d'un cancer. Alors qu'elle disparaît soudainement, David enquête sur sa fille, par le moyen de son ordinateur, pour la retrouver.

Une perception générationnelle ?

S'attaquer au sujet des réseaux sociaux et entamer une réflexion sur ces derniers, par le biais de ces derniers, c'est se confronter à une partie des spectateurs qui pour les plus vieux n'en ont pas les codes, à l'image du protagoniste. Et pour les plus jeunes, à l'instar de la disparue, qui n'ont jamais vécu sans et aucun recul sur ces derniers. Véritable prisme introspectif donc, la vision du film varie selon les générations spectatrices. L'exposition de Margot sur les réseaux (la disparue) qui peut paraître surréaliste, comme elle le parait à son propre père, reflète malheureusement pour un grand nombres d'adolescents la réalité. Tout comme l'inquiétude et la maladresse du père vis à vis des réseaux ne parlera qu'aux parents. La fracture générationnelle que l'on ressent dans le film entre le père et sa fille se reflète dans son public, avec une certaine adresse.

Psycossimo.com

Alors que le film nous submerge de communications diverses: appels, vidéos, messages, mails, publications, photos, ... C'est le manque de communication d'un père envers sa fille qui est également mis en avant. Car si David semble avoir une relation épanouie et proche avec sa fille, malgré les secrets qu'elle lui cache, il a aussi ses démons, comme celui de sa femme, un deuil incomplet qui lui interdit de l'évoquer avec sa fille,

ce qui se révélera être la source de son malaise

, et marqué à l'écran par la réécriture constante de ses messages à sa fille et son entourage, omettant sa femme ou niant ses problèmes. Alors que les recherches se centre sur sa fille, on découvre aussi les troubles du père, et c'est avec un certain enthousiasme qu'on se prendra au jeu d'analyser chaque donnée mis à disposition pour profiler le père et sa fille.

Spect-acteur

L'amas d'informations qui compose en fait le film, qui n'est qu'une successions de nouvelles données à assembler, engage aux spectateurs d'effectuer par lui-même un certain travail mental et de s'investir dans le film. Essentiellement visuel, le spectateur n'a pas plus d'indices que David, et partage son point de vue, impossible donc de s'ennuyer pour peu qu'on joue le jeu du film, et de ne pas attendre paresseusement les déductions de David pour soi-même jouer au détective en herbe.

La forme oui mais le fond

Petite déception du film, le dénouement n'est pas à la hauteur des moyens qu'on nous à montrés, l’enquête se finit donc par

l'arrestation du lieutenant en charge de l'affaire, ayant décidé de brouiller les pistes après que son fils, stalker de Margot Kim, l'ait accidentellement poussé dans un ravin, dont elle réchappera finalement.

Alors que pourtant ce dénouement ne manque pas de surprise et de bon sens, il parait un peu mou et expéditif. L’œil aguerri aura pu cependant capter des indices beaucoup plus tôt dans le film, et pourra s’accommoder d'une certaine fierté à l'exposition des preuves, de les avoir déjà repérés.

Difficile de juger les acteurs, puisqu'ils n'interagissent jamais directement entre eux, je troouve cependant John Cho plus que convenable à cet exercice.

Médias, réseaux sociaux, vice et futur sombre

L'évolution de l’enquête auprès des médias et des réseaux sociaux représente une petite partie du film, et elle est étonnamment réaliste, des médias télévisés dramatisant chaque situation, aux réactions cruelles et irrespectueuses sur les réseaux sociaux, en passant par l'hypocrisie des connaissances de Margot et la course à la douleur de ces derniers pour plus d'attention. Des messages que l'on peut revoir régulièrement lors des drames et des réactions qu'ils suscitent sur les réseaux. Un paradoxe est soulevé dans les douleurs que ces nouveaux moyens de communication occasionnent et le fait que ce soit ces derniers qui permettent la résolution de l’enquête.

Après tout, si c'est sa surexposition sur les réseaux qui a rendu Margot si vulnérable, c'est aussi ça qui permet à son père de la retrouver.

Searching - Portée disparue reste pour moi une très bonne expérience, et cette nouvelle manière de réaliser peut ouvrir, je pense, la porte à de nouveaux projets novateurs, à moindre coûts et débordant d'imagination.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 162 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de RB451 Searching - Portée disparue