Washington VS Washington

Avis sur Sécurité rapprochée

Avatar HugoShapiro
Critique publiée par le

C'est quand même un peu la plus mauvaise période, l'après "années 2000" pour faire des films d'espionnages. Si on ne ressort pas de leur tombe les fantômes de la guerre froide, on suit le modèle de Jason Bourne, bourrage de crane de montage ultra cut, très mal filmé, avec l'étalonnage de Tony Scott.
Sans compter que ce qu'on écrit ces derniers temps des scénarios ou on écarte très vite la logique et l'intelligence (le meilleur étant dans Bourne Ultimatum, David Straitharn qui fait des éloges de l'Opération Blackbriar en citant le fait qu'ils n'aient plus à passer par de la paperasse et documents officiels, et qui se fera gauler plus tard... par des documents officiels de l'opération).
Dire que Safe House (ou Sécurité Machinchouette en VF) n'évoque pas les torts devenus ordinaires à Hollywood que je viens de citer, serait pur mensonge.
Mais a l'inverse de beaucoup d'autres, il donne l'impression de ne pas avoir été totalement concu comme tel.
Comme si on prenait un steak délicieux et qu'on finissait par le cuire en le baignant dans l'huile ultra graisseuse d'un fast food miteux.
Du coup si bel et bien, on a droit à des cadres parkinsonniens et un montage qui va trop vite pour éviter de montrer que les acteurs ne savent pas se battre, il s'avère néanmoins que le découpage s'avère tout de même interessant. A la différence d'un Paul Greengrass qui n'a jamais su filmer autrement qu'en faisant 2 secondes de plan large, puis des plans rapprochés illisibles, Safe House essaye de nouveaux gadgets, de nouveaux angles au fur et à mesure du film.
En somme, on a vraiment le sentiment d'avoir un réalisateur qui travaille derrière, même si l'habillage n'en demeure pas moins désagréable.
Et si le scènario a sa part de moments stupides ("C'est légal ?" Non mais sans déconner...), ces moment sont finalement mineurs et ne touchent pas la structure dramatique du film in fine.
Car en vérité, et c'est peut être la ou le film surprend le plus, c'est qu'en réalité, il est plutôt bien écrit. Les informations sont bien distribuées, les personnages ne sortent jamais de leur comportement.
Bon ca n'a rien d'original, je l'admet.
Mais même les scènes entre Ryan Reynolds et sa petite amie sont bien dialoguées.
Et nom de dieu que c'est rare de voir ca au cinéma; un love interest d'action hero qui n'est pas insupportable quand elle est 1er degré.
Dernier point, Reynolds est un bien meilleur action hero que ne l'était Matt Damon.
Il fait des combats de fou furieux, mais il est tout sauf invulnérable, et vers la fin on le retrouve dans un état proche de celui d'un McClane dans Die Hard 3.
Washington est bon aussi mais c'est beaucoup moins surprenant de se part.
Sur le papier, Safe House aurait tout pour surpasser Jason Bourne, mais c'est finalement sa plastique, qui finit par l'empêcher de devenir le très bon film qu'il était destiné à devenir.
C'est dommage, mais tout de même respectable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 351 fois
1 apprécie

Autres actions de HugoShapiro Sécurité rapprochée