Légère déception

Avis sur Sept ans de réflexion

Avatar Laurent Delaforest Divonne
Critique publiée par le

Le plan le plus célèbre du film n'est pas dans le film. Pourtant ce plan a servi pour l'affiche. On l'aura compris, c'est le plan de la bouche de Metro qui fait s'envoler la robe de Maryline. Dans le film, on ne voit que la bouche d'aération, les jambes de Maryline et le bas de sa robe. L'ensemble étant filmé en plongée. Or ce que tout le monde a en tête, et ce que montre l'affiche, c'est la même scène mais en plan large où Maryline est montrée en totalité. J'imagine que cette photo archi connue de Maryline est une photo de plateau prise au moment du tournage de la scène. La déception de ce film est à la mesure de ce regret, de na pas voir cette fameuse photo s'animer.
Je viens de lire sur Wikipédia un début d'explication. Le film est une adaptation d'une célèbre pièce de théâtre sur Broadway. Or, pour que le film puisse passer la barrière de la censure du code Hays (Une censure propre au cinéma qui condamnait en particulier l'adultère) Billy Wilder a du gommer beaucoup de l'humour de la pièce. L'humour de la pièce comme la scène de la robe a été tronquée.
Ainsi, après les vingts premières minutes absolument flamboyantes, le film traîne en longueur et n'avance plus. C'est une autre conséquence du code Hays. L'adultère dans le film, contrairement à la pièce, ne pouvaient être qu'imaginé par l'homme et non consommé. Si bien que que l'intrigue qui ne peut montrer la réalité de l'adultère se fige et la place prise par la voix off illustrant les fantasmes de Tom Ewell devient alors trop importante.
Les meilleurs moments sont les scènes où Maryline excelle par son charme, son naturelle et sa candeur.
A noter que Tom Ewell est excellent dans le court métrage d'Hitchcock "Le cas de Mr Pelham ", de la série "Alfred Hitchcock Présents".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 46 fois
1 apprécie

Autres actions de Laurent Delaforest Divonne Sept ans de réflexion