La fin de l'innocence à Hollywood

Avis sur Sept ans de réflexion

Avatar Jean-François Sturm
Critique publiée par le

Avec "Sept ans de réflexion", Marilyn Monroe atteint le sommet de sa carrière et va graver l'histoire du cinéma avec l'une des scène les plus mythique d'Hollywood, celle de sa jupe soulevée par le passage du métro sous-terrain.
Le film est une adaptation d'une comédie de boulevard à succès qu'Hollywood s'empressa d'adapter à l'écran avec la complicité de son auteur. La tâche fut compliquée par la sévère censure de l'époque qui coupa les meilleurs dialogues de la pièce de théâtre pour indécence à la morale. Mais tenir tête à la censure pudibonde était l'exercice favori de Billy Wilder qui prenait un malin plaisir à contourner les clauses parfois ridicules du code Hays. Pour cela le film s'avère assez différent de la pièce qui était bien plus explicite, mais qui n'avait pas Marilyn Monroe ! Car il faut reconnaître que sans elle, dans son éternel rôle de godiche blonde, le film serait bien fade. La célèbre scène de la robe fut montée en épingle par le service marketing de la Fox, qui laissa volontairement se répandre la rumeur de son contenue. Le résultat en fut des milliers de badauds et journalistes dans la rue au moment du tournage. La foule fut telle que les rushs devinrent inexploitables et la scène fut retournée en studio. Ironiquement, ce coup de pub était une astuce pour contourner encore une fois la censure, car au final l'image de Marilyn tenant sa robe que tout le monde a dans la tête de cette scène, n'apparaît pas dans le film ! Malheureusement cet épisode marqua aussi l'actrice personnellement. Son mari présent dans la foule de New York ne lui pardonna pas sa frivolité, ce qui peu après fit capoter son mariage et marqua le début de la descente aux enfers de l'actrice.
Billy Wilder excédé au moment du tournage par les retards permanent de la star jura qu'il ne tournerait plus jamais avec elle, avant qu'il se ravise quelques années plus tard lorsqu'il tourna son chef d'oeuvre "Certains l'aiment chaud" reconnaissant que le charisme de Marilyn était unique.
Aujourd'hui le mythe de ce film dépasse son véritable intérêt. Le scénario encore corseté par les restrictions du code Hays n'en fait pas la meilleure comédie de Billy Wilder, qui d'ailleurs à cette époque n'était pas encore réputé pour ce genre. Mais "Sept ans de réflexion" sera un marqueur important dans le démantèlement de la commission Hays qui perdit beaucoup de sa légitimité à la sortie de ce film. Son succès montra que le temps de la censure directive était révolu, et d'autres comédies salaces furent, dès l'année suivante, mise en chantier à la Fox, notamment "La blonde et moi" de Frank Tashlin avec Jane Mansfield qui sera une version parodique sous stéroïdes de "Sept ans de réflexion".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 86 fois
Aucun vote pour le moment

Jean-François Sturm a ajouté ce film à 1 liste Sept ans de réflexion

Autres actions de Jean-François Sturm Sept ans de réflexion