👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Le film qui te fait passer Taxi Driver pour un film de bisounours...

C'est glauque. Sordide. Trash. Voila comment on peut résumer cette oeuvre de Gaspar Noé.
On comprend aisément les difficultés qu'il a pu rencontrer pour financer son film : un film très bavard (parfois trop peut-être), qui dépeint une sordide réalité aussi abjecte que violente. Pas le plus vendeur qui soit. La photographie est superbement sombre et glauque à souhait.
La mise en scène, lourde, appuie efficacement le propos. La lenteur monotone de ce film, que dis-je, de ce monologue face à la sordidité du pays, choque par cette révulsion quasi inhumaine du personnage.

L'excellent Philippe Nahon sombre littéralement dans un gouffre sans fin qui l'amène à contempler l'horreur sociale qui nous entoure. Sa rage se dirige vers le monde entier. Tout plonge le spectateur dans une ambiance malsaine et terriblement choquante, renforcé par le côté strident de la bande sonore ou des intertitres glaçant d'effroi.
Cette violence et cette pourriture qui régissent notre société ne semblent d'avoir aucune issue autre que la mort. La froideur des pensées de ce boucher sans nom, etant à la fois, victime et bourreau de cette société noire, va alors trouver un salut en voulant "sauver" sa fille pour qui il éprouve une attirance charnelle et sexuelle fortes tout en sachant pertinnement que cela n'est pas morale.
Son rapport avec sa fille symbolise assez simplement le film : nous avons des pulsions contre lesquels on ne peut s'abandonner sous peine d'être immorale...Mais au final ou se situe la morale ? L'hypocrisie et la connerie humaines sont-elles plus proche de la "morale" ?
Au final, un film choc, transcendant, terriblement violent moralement mais qui possède pour défaut d'être une souffrance intolérable, autant pour le boucher que pour le spectateur.
Musashi
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films de descente aux enfers

il y a 10 ans

3 j'aime

Seul contre tous
DjeeVanCleef
10

Voyage au bout de l'enfer.

Après ses joyeuses aventures passées, le Boucher sort de prison. Toujours la même chanson mais en pire. La bête est malade et déverse sa bile, creuse le sillon de la haine ordinaire, crachant son...

Lire la critique

il y a 9 ans

87 j'aime

19

Seul contre tous
Gand-Alf
7

Confessions intimes d'une misérable bite.

Refusé par toutes les chaînes de télévision, Seul contre tous, premier long-métrage de Gaspar Noé, aura mis cinq ans à voir le jour, le cinéaste ayant dû financer le film de sa poche. Un sacrifice...

Lire la critique

il y a 7 ans

55 j'aime

3

Seul contre tous
YellowStone
6

La critique de Schrödinger

Ce film est une merde. 3/10 C'est l'histoire d'un connard. Une espèce de prolo dégueulasse, un type incapable de voir au-delà du bout de son nez, qui n'a jamais rien fait de mieux que de se...

Lire la critique

il y a 8 ans

34 j'aime

4

Créatures célestes
Musashi
9

Sublimes créatures

Bien avant d'aller jeter l'anneau dans le Mordor, Peter Jackson réalisa ce film à la fois onirique et malsain. Un film qui révéla la jeune Kate Winslet (dur de se dire que ce film n'a que deux ans de...

Lire la critique

il y a 9 ans

33 j'aime

1

11.6
Musashi
4
11.6

"Un ticket pour le film sur musulin s'vous plait" "ça fera 11€60 !"

11.6 raconte l'histoire de Toni Musulin ou oe convoyeur de fonds qui a agit comme n'importe lequel aimerait agir : se barrer avec la thune chargée ! Sauf qu'en plus, il n'y a pas touché ! Une sorte...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

5

Star Trek Into Darkness
Musashi
7

Star Trek : Into Abyss scénaristique

Toujours aussi riche, la suite de Star Trek (assez attendu pour ma part tant le premier opus était un condensé de références à l'univers original tout en apportant un script assez neuf) promettait...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime