Gaspard Noé, 34 ans, je chie sur vos moeurs.

Avis sur Seul contre tous

Avatar DRElmer
Critique publiée par le

Apparemment ce film est la suite d'un petit film d'une trentaine de minutes intitulé "Carne", que je n'ai pas vu, mais à la limite c'est pas grave puisque dès le début on t'explique ce qui s'est passé avant.

Le film raconte l'histoire d'un boucher qui vient de sortir de prison et qui a décidé de refaire sa vie avec sa nouvelle femme, et de dire une bonne fois pour toute au revoir à sa vie d'avant, dire au revoir à sa fille qui a été confiée à une institution. Ce gars s'installe à Lille, chez sa belle-mère et avec sa femme, et il se met en quête d'un logement et d'un travail. Malheureusement, alors qu'il a l'opportunité de pouvoir trouver un bail, sa femme refuse de le lui payer. Les galères commencent.

S'ensuivent alors des monologues, beaucoup de monologues, qui sonnent à la fois juste et faux. Ce gars-là est persuadé que le monde est construit et fonctionne contre lui. Et c'est bien retranscrit. Il est seul, seul contre cette mécanique infernale des riches contre les pauvres, et des forts contre les faibles. Alors à défaut d'être riche, il a décidé d'être fort. Il se construit tout un raisonnement de pensée, tout pour justifier la justice. Sa justice, celle qui lui rendra sa dignité.

L'ambiance est lourde et pesante, l'atmosphère malsaine et insidieuse. Tout amène à une résolution évidente. Les transitions coup de fusil appuient cette idée, tout est fait pour vous rendre mal à l'aise. Vous êtes dans la tête de cet homme, parmi tant d'autres, qui a décidé de rétablir l'équité à son échelle, auprès de ce qui lui importe. N'avoir plus rien à perdre, il a dépassé ce stade il y a longtemps. Il a simplement tout à y gagner.
Plus le film avance, plus la tension monte. Quand on pense finalement (enfin ?) que ça va éclater, une soupape se libère. Puis une autre, puis encore une autre. Jusqu'à cet avertissement : "Vous avez 30 secondes...", la dernière soupape saute.
29...28...27...26...25...24...23...22...21...20...19...18...17...16...54...13...12...11...10...9...8...7...6...5...4...3...2...1...

Ce qui devait arriver se produit finalement. Le pire est passé, plus que quelques instants avant d'en avoir finalement terminé. Voilà, c'est fini.*

Ah... non... c'est pas fini, mais c'est quoi cette merde ? Il s'est rien passé en fait... Ah, mais c'est carrément bidon, moi qui pensait que ce film n'avait aucune morale, à force de le rabâcher.
Ben oui, on te répète en boucle que ça va se passer comme ça. Tu t'y attends, et c'est presque ce que tu veux, même si c'est amoral, puisque c'est ce qui doit se passer. Puis finalement ça se la joue petit bras pendant les dernières minutes. Oooooh, ma fille je t'aime, tu es la plus jolie, je te fait un câlin, rien ne pourra arrêter notre amour (aussi inceste soit-il, mais bon, c'est pas ce qui était censé se passer au départ).

En gros le film se termine complètement en eau de boudin, c'est plutôt cocasse quand le personnage principal est un boucher (chevalin ou pas j'en ai rien à foutre).

~~~~~~~~
*Si le film s'était arrêté là, j'aurais probablement mis 8 ou 9, mais bon, l'émotion ça ne me touche que très rarement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 285 fois
1 apprécie

Autres actions de DRElmer Seul contre tous