Mars : échec(s) et Matt (Damon)

Avis sur Seul sur Mars

Avatar Angel
Critique publiée par le

Chaque réalisateur a son domaine de prédilection : Spielberg filme comme personne les scènes de guerre, Allen les relations complexes, Scorsese est un maître dans la direction d'acteurs (comme Tarantino ou les premiers cités, certes), mais Ridley Scott réalise encore une fois une formidable épopée spatiale après son Alien ou son Prometheus. Avec Seul sur Mars, production sur laquelle je ne misais pas un kopeck, et qui m'a pourtant bien plus enthousiasmé que Gravity.

Nul besoin de revenir sur le scénario avec un membre de l'expédition Ares 3 qui se trouve malheureusement laissé pour mort sur la planète rouge suite à une violente tempête qui contraint l'ensemble de l'équipe à regagner la station spatiale Hermès. Abandonné malgré lui à son sort, l'E.T. botaniste (tiens, tiens) va devoir survivre sur cette terre hostile le temps qu'une mission de sauvetage puisse être envisagée.

Parfait dans le rôle de l'astronaute qui doit sa suivre à ses talents de couteau-suisse, Matt Damon réussit également à amener de l'auto-dérision et de la fraîcheur malgré toute l'étendue de la situation catastrophique dans laquelle il évolue. Il est en outre secondé par un casting génial, allant de Jessica Chastain, à Chiwetel Ejiofor, Sean Bean, Benedict Wong ou encore Jeff Daniels, tous impeccables dans leurs rôles respectifs (mention spéciale à notre ami "Boromir" lors d'une scène au clin d'oeil au Seigneur des Anneaux jouissif).

Là où Seul sur Mars réussit son pari, ce n'est pas uniquement dans le divertissement, mais surtout dans la photographie et le fait que tout ce qui se passe nous paraît tout à fait crédible. Mars est représentée dans le façon la plus stylisée tout droit sortie de nos esprits, ces tons rouges/orangés oppressants et asphyxiants, et opposés à la froideur et au calme du bleu des zones de "confort".
Les aspects survie et bricolo ne manquent pas de surprendre le spectateur, sans le laisser complètement coi et incrédule. Tout cela pourrait effectivement se dérouler de la sorte, et quand les "emmerdes" s'accumulent, la solution n'est finalement jamais bien loin à force de raison.

Seule fausse note majeure, la fin aurait sans doute méritée d'être un peu moins expéditive et approfondir le dénouement. C'est quand même sacrément bon signe après deux heures de film que l'on ait encore envie d'en (sa)voir plus !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 189 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Angel Seul sur Mars