Mars est un champ de patates

Avis sur Seul sur Mars

Avatar Ruru_
Critique publiée par le

Vous vous souvenez quand Ridley Scott était un daron d'Hollywood ? Ouais, moi non plus. Mais le garçon reste le type derrière quelques grands classiques au premier lieu desquels se trouve le gigantesque Blade Runner. Du coup à chaque nouvelle sortie, et malgré les daubes récentes, on a envie de laisser sa chance au produit. Mais se remettre avec une ex est une idée douteuse, tu le sais bien pourtant.

Déjà, Seul sur Mars part avec un handicap non négligeable. Il arrive juste après une œuvre majeure du cinéma sur l'espace (Interstellar), avec Matt Damon et Jessica Chastain au casting. Ouep, comme dans Interstellar. Du coup le film arrive en pleine mode du film dans l'espace avec un casting et un timing très proche du nouveau roi du genre.

Bref, passons. Déjà je tiens à préciser que je n'ai pas lu le roman mais que j'aurais adoré le faire si j'avais su lire. Du coup l'excercice de la comparaison ne m'est pas possible. Ce que je savais cependant, c'est que l'histoire originale tendait à lorgner du côté de la comédie. Du coup, le film aussi. Et comment te dire sans te brusquer ? Le film est pas drôle. Mais alors pas du tout. Tout repose sur le fait que le personnage joué par Matt Damon prenne avec philosophie le fait d'être abandonné sur une planète vide. Le postulat peut plaire mais puisqu'il s'agit de ma critique et pas de la tienne, je dois admettre que je n'ai jamais pu me prendre au jeu. Le type peut crever de dix millions de façons différentes mais ayant pour point commun d'être vraiment douloureuses mais il trouve le temps de tenir un Vlog pour dire que, quand même, ça va le faire, puis mourir pour l'Amérique, est-ce vraiment mourir ?

Puis y a toute la partie simulation agricole avec l'élevage de patates en milieu martien, les phases sur terre avec des personnages archétypaux et Kristen Wiig (sérieux, cette fille c'est non, non, non) dirigée par Dumb, à moins que ce soit Dumber. Puis c'est un scénario abracadabrantesque qui essaye de se la jouer science geek avec d'ailleurs une petite variante du personnage de geek boutonneux as de l'ordi avec cette fois une geek boutonneuse as des ordis mais un peu sexy quand même, on est en 2015 faut pas déconner. Y a l'alliance débile entre les US et la Chine dans le but commun de ramener un pékin sur terre (t'as saisi ?). Y a un personnage principal sans substance, sans passé, sans famille (enfin si, des parents qui s'en foutent de son sort apparemment), y a le noir intelligent, y a le noir pas intelligent, y a l'allemand qui dit "ya" alors qu'il parle parfaitement anglais tout du long ce connard, y a la foule à Time Square, à Trafalgare Square, ouais tu m'as compris y a l'humanité qui s'unit pour, je te le répète, un éleveur de patates perdu sur MARS. Y a l'héroïsme, la bravoure, y a Sean Bean qui meurt pas, y a la réalisation qui veut se la jouer Interstellar mais qui se la joue rien du tout tu te calmes. Y a le dénouement What the fuck. Y a Matt Damon avec les dents jaunes. Y a Matt Damon qui est un peu gros donc qu'on remplace par une doublure sur deux plans pour montrer qu'il a maigri malgré les patates. Je veux dire, même une daube comme Game of Thrones a entendu parler de l'incrustation des visages...

Bref, Seul sur Mars n'a aucun sens, Seul sur Mars est nul, Seul sur Mars est con. Pourtant j'ai bien aimé. Pourquoi ? Je t'entends te dire : "parce que t'es nul et con ?" Et c'est pas gentil. Mais y a de ça. J'ai aimé l'absurdité du truc, j'ai aimé la beauté de certains paysages martiens, j'ai aimé voir Kate Mara que j'aime plus que sa soeur qui fait peur et j'ai aimé me foutre de la gueule de ce film débile. Mais c'est Ridley Scott, pas Luc Besson. Du coup je m'en suis voulu, et je lui en ai voulu.

Seul sur Mars est donc une daube mais une daube marrante, bien enrôbée et dotée de Kate Mara. Du coup ça passe. Mais bordel, Ridley, t'es passé où ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 552 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Ruru_ Seul sur Mars