La bite ne fait pas le moine

Avis sur Shame

Avatar HugoShapiro
Critique publiée par le

Je suis un peu inquiet pour Michael Fassbender. Il a fait Fish Tank, A dangerous method et maintenant Shame, et à chaque fois, le réalisateur ou la réalisatrice en font un pervers sexuel.
La question a un million de dollars est donc: est ce que notre ami Germano-Irlandais (faut le dire lentement) a vraiment un problème avec sa (grosse) queue ?
Parce qu'evidemment on pourrait rebondir sur des rumeurs, comme quoi dans les scènes coupées d'Inglorious Basterds, il se faisait en tournante toute la bande à Brad Pitt, ou que dans X-Men First Class, quand il gigotait ses mains pour manipuler le métal, il fixait en réalité les seins de l'assistante réa.
Mais même si cette question demeure immensément interessante, on passe un peu à coté du sujet.
Donc Shame.
Eh bien désolé d'y revenir mais Shame m'a démontré que Michael Fassbender a un sexe d'echelle olympique, genre un qui ne ferait pas rigoler une actrice porno professionnelle. Donc dès lors un sentiment de jalousie extrème s'empart de moi.
Je grince des dents et finalement le film commence à me plaire.
Steve McQueen fait jouer des scènes entières sur des regards et ca marche.
Ses dialogues sonnent justes et il y'a vraiment quelque chose de fascinant dans sa capacité à refuser de bouger ses plans, de choisir toujours le bon angle et de s'y accrocher.
Et puis putain nom de dieu qu'il a une GROSSE QUEUE ce Fassbender, bordel de merde.
Je peux pas m'empecher de ne voir que ca.
J'ai même l'impression que McQueen me l'agite sous le nez en me narguant.
Merde j'ai payé pour voir un film qui parle et montre du cul, mais pas un qui me rappelle constamment un gros complexe.
Je passe.
Le gros point noir demeure le personnage de Carey Mulligan. Dans l'esprit, McQueen pioche chez Salinger dans "A catcher in the rye" ou la soeur du héros le faisait progresser dans son cheminement émotionnel. Mais la Carey n'apporte rien à Michael si ce n'est des emmerdes. Comme il finit par le dire, elle ne l'aide pas, elle l'emmerde. Donc toute la construction dramatique basée sur elle n'apporte rien au film.
Je pourrai repprocher aussi des aspects douteux au film, avec une scène qu'on pourrait interpréter comme homophobe du point de vue du réa...
Mais NON, j'ai les yeux ailleurs: je ne peux pas m'empecher d'essayer de mesurer mentalement le Penis de Michael Fassbender.
Il fait plus de 20 centimètres à ce niveau la.
C'est la que je me rend compte du génie de McQueen, c'est qu'il arrive à obséder les hétéros par l'entrejambe de son personnage principal.
Du coup le film pourrait être incroyablement mauvais, on s'en rendrait même pas compte.
De la pure bifle ce film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2542 fois
1 apprécie

Autres actions de HugoShapiro Shame