👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Générique en forme d'images d'archives, accompagné d'une musique électronique façon Moroder et entrecoupé de cartons constitués de polices rouges sur fond noir... Impossible, dès les premières secondes du film de Jean-Bernard Marlin, de ne pas penser à l'ouverture du mythique Scarface de Brian De Palma. Dès lors le ton de Shéhérazade est lancé : ce premier film particulièrement prometteur s'attèlera à suivre les traces d'un parfait anti-héros, jeune voyou des milieux interlopes de Marseille dont la situation initiale n'est pas sans rappeler celle de l'emblématique Tony Montana.

S'inscrivant dans une veine naturaliste ( retranscription sans fard du milieu de la prostitution, caméra alerte et collant au plus près de ses sujets, interprétation vériste menée par une utilisation in situ du langage argotique méridional ) ce drame révèle entre autres choses les magnifiques Dylan Robert et Kenza Fortas, comédien et comédienne non-professionnels superbement dirigés par le réalisateur. Ainsi nous sommes littéralement noyés dans le monde du proxénétisme et de l'argent facile, le film s'avérant somme toute très immersif et donc réussi in fine.

Si Shéhérazade demeure néanmoins parfois maladroit dans son écriture ( quelques paraphrases visuelles peuvent en témoigner ça et là...) son sens de la nuance et du contrepoint permettent en définitive de s'attacher au personnage de Zach, ce dernier semblant terriblement antipathique sur une bonne partie du métrage. A cet égard la séquence du procès - véritable point névralgique du récit- annonce l'éventuelle rédemption du jeune voyou, rédemption mâtinée d’ambiguïté en fonction du point de vue adopté ; cette séquence évoque du reste le superbe Une Séparation de Asghar Farhadi, dans cette même manière d'interroger la ou les morales potentielle(s). Un film plus dense qu'il n'y paraît de prime abord, joliment documenté et qui assume pleinement ses références sans en être stupidement dépendant. A voir.

stebbins
8
Écrit par

il y a 3 ans

2 j'aime

Shéhérazade
AnneSchneider
9

Des nuits au jour...

On ne connaît pas encore bien Jean-Bernard Marlin, puisque « Shéhérazade » est son premier long-métrage. Mais d’emblée, son sens du décalage surprend et accroche : en ouverture, des images d’archives...

Lire la critique

il y a 3 ans

52 j'aime

13

Shéhérazade
Moizi
8

Le conte de la belle et du petit con

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en regardant Shéhérazade, je ne connaissais ni le sujet, ni le réalisateur (dont c'est le premier long métrage). Et franchement, c'était vraiment pas mal du...

Lire la critique

il y a 2 ans

25 j'aime

Shéhérazade
Théloma
8

La Belle et le petit Prince

Roméo et Juliette à Vérone, Tony et Maria dans le New-York de West Side Story, Aladdin et Yasmine à Bagdad. Les histoires d'amour contrariées au cinéma ont souvent pour cadre des villes où forces...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

20

Hold-Up
stebbins
1
Hold-Up

Sicko-logique(s) : pansez unique !

Immense sentiment de paradoxe face à cet étrange objet médiatique prenant la forme d'un documentaire pullulant d'intervenants aux intentions et aux discours plus ou moins douteux et/ou fumeux... Sur...

Lire la critique

il y a plus d’un an

38 j'aime

11

La Prisonnière du désert
stebbins
4

Retour au foyer

Précédé de sa réputation de grand classique du western américain La Prisonnière du désert m'a pourtant quasiment laissé de marbre voire pas mal agacé sur la longueur. Vanté par la critique et les...

Lire la critique

il y a 6 ans

35 j'aime

8

Ma Loute
stebbins
3
Ma Loute

Parvenus chez les ch'tis

Une véritable pantalonnade, fortement poussiéreuse et sans finesse aucune. Si Bruno Dumont se concentre habituellement sur le milieu ch’timi - et ce dès La vie de Jésus, son très beau, limpide et...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6