👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Des films avec 50 "jumpscares" (saut de peur, en français) à l'heure, dotés de scènes de tortures épouvantables et de fils conducteurs plus absurdes les uns que les autres, il y'en a à la pelle de nos jours. Je ne compte plus le nombre de fois ou la vision d'un de ces films s'est terminé en fou rire, résultat d'un terrible manque de crédibilité. Je n'ai pas la prétention de dire que tous les récents films d'horreur sont nuls, juste que je ne suis pas tombée sur des bons jusqu'a présent.

Alors, quand on me demande quel est mon film d'horreur préféré, je répond souvent Shining, parce que dans ce film de 1980, pas de poupées maudites, pas de morts vivants dégoulinant de sang ketchup, de tronçonneuses, de blondes écervelées qui se jètent dans la gueule du loup, ni d'effets spéciaux à outrances.
Mais un suspens glaçant qui monte crescendo, un hôtel doté d'un lourd passé, un tricycle bleu, une réplique culte, beaucoup de neige et un labyrinthe.

Jack Torrence, son fils Danny et sa femme Wendy, emménagent pour l'hiver dans l'hôtel Overlook, en Oregon. Stuart Ullman, lors de l'entretien, l'avait cependant averti de l'histoire morbide de l'hôtel, du précèdent gardien M. Grady, qui a sauvagement assassiné à la hache sa femme et ses deux petites filles en 1970. Il suffira d'un mois, pour que Jack sombre peu à peu la folie, emporté par le passé violent de l'hôtel et l'aura maléfique des lieux. Shining, c'est bien plus que deux jumelles perdues dans un couloir, une hache et un numéro de chambre. Un peu obsédée par ce film et par cette dernière image d'époque qui nous laisse tellement insatisfaits et perplexes (Jack, en 1920 dans un bal de l'Overlook), j'ai regardé de nombreuses vidéos explicatives et même un documentaire, sur Netflix: room 237, afin d'y voir plus clair. Ce film culte, c'est une véritable "vague de terreur", remplie d'éléments précurseurs, et d'indices passionnants.

Ce que j'avais remarqué: l'omniprésence de la thématique du génocide indien. L'expédition Donner tout d'abord (donner party, en anglais) est discutée dans la voiture de la famille, lorsque Wendy se demande si ce n'est pas dans les alentours que des indiens ont du recourir au cannibalisme. Ce nom donné à un groupe de 81 pionniers américains en route pour la Californie, pendant la « Fièvre (ou Conquête) de l'Ouest » des années 1840. Bloqués par la neige dans la Sierra Nevada au cours d'un hiver, la moitié des membres a péri de famine et de maladie (bon là, je me suis renseignée, mais l'histoire de cannibalisme ne m'a pas laissée indifférente).
Un autre dialogue qui fait référence au génocide: lors de la visite, Ulmann informe la famille, que l'hôtel a été construit sur les restes d'un ancien cimetière indien, et que quelques attaques ont "perturbé la construction". En plus de ces dialogues, j'ai remarqué que la déco de l'Overlook (tapis muraux, peintures de femmes indiennes...) y faisait aussi référence.
Wendy, lorsqu'elle tente de contacter l'extérieur grâce à la radio, porte aussi un pancho jaune, orné de broderies aux motifs de désert, de tipis et de cactus... Il y'a donc trop de coïncidences qui ne demandent qu'à être reliées entre elles.

Ce que j'ai appris: cette thématique est bien centrale dans le film, jusqu'aux figures d'indiens sioux sur des boites de conserves de la réserve. Kubrick viendrait ici dénoncer le génocide indien, perpétré par les américains durant toute une partie du XIXe siècle. Il a donc glissé dans son film des répliques ("a white men's burden", par exemple) qui nous mettent la puce à l'oreille. Kubrick fait référence à la présence des natifs indiens sur le territoire américain, et à la violence qui s'en suivit. L'implication des américains dans l'extermination des populations indigènes, est soulignée par la présence des tons bleus blancs et rouges sur les habits des trois personnages (couleurs du drapeau américain).

Bonus: j'ai aussi remarqué que la tuyauterie de l'hôtel était aussi dans ces couleurs, mais peut être que je vais chercher un peu trop loin (?).

Le fil rouge de Shining, ce serait ainsi la violence et l'impulsivité des hommes au cours de l'Histoire, qui laissent des traces indélébiles dans le présent.
Shining c'est pour moi un des meilleurs films d'horreur. Il ne fait pas spécialement peur, car c'est avant tout un film d'horreur psychologique. Il est extrêmement dérangeant, donne des frissons et met réellement mal à l'aise. Les scènes ou Danny se retrouve en transe et en proie à des visions de plus en plus terrifiantes (aperçoit les jumelles, des litres de sangs qui se déversent dans l'hôtel) sont à glacer le sang. Les acouphènes prolongées et violons angoissants, surgissant à ces moments de malaise sont stridents et insupportables.

Il y'a quand même une scène que j'ai détestée: lorsque Jack entre dans la salle de bain de la chambre 237, et qu'une femme se décompose, dans ses bras. Je trouve que cette scène n'apporte rien au film, elle est horrible et inutile selon moi.

Mais ce que je préfère dans ce film, c'est la première partie, dans laquelle la folie s'installe progressivement dans l'esprit de Jack. L'ambiance de ce film est très particulière, très glauque, puisque nous sommes directement confrontés aux débuts de cette même folie, qui atteint son apogée dans ma scène préférée. Sous une lumière rouge, Jack talonne une Wendy paniquée dans les escaliers du bureau, dont les jointures blanchissent autour d'une batte de baseball. Cette réplique, ou Jack Nicholson apparait plus cinglé que jamais, m'a beaucoup marquée.

*"I'm not gonna hurt you...Wendy, honey, light of my life...I'm not gonna hurt ya, you didn't let me finish my sentence... I said I'm not gonna hurt ya... I'm just gonna BASH your BRAINS IN, bash them right the FUCK in !"*

Le plus important, c'est que Nicholson, porte le film, son interprétation de Jack Torrence est tout simplement exeptionnelle.

The Shining c'est enfin d' éternelles insatisfactions. Comment Jack fait-il pour sortir de la chambre froide, après y être enfermé par la courageuse Wendy ? Comment se fait-il qu'il apparait sur une photo datant d'un bal de l'Overlook en 1920? Pourquoi lui dit on qu'il a toujours été le gardien de l'hôtel... ?

Mes autres articles : https://louizargentik.wixsite.com/blog

louizmo
9
Écrit par

il y a 3 ans

4 j'aime

Shining
ludovico
9
Shining

Le film SUR Kubrick ?

Après le flop public et critique de Barry Lyndon, Kubrick a certainement besoin de remonter sa cote, en adaptant cet auteur de best-sellers qui monte, Stephen King. Seul Carrie a été adapté à cette...

Lire la critique

il y a 11 ans

186 j'aime

85

Shining
Sergent_Pepper
9
Shining

L’ode tissée de l’espace.

Le pathétique Room 237 en témoigne, tout le monde trouve ce qu’il veut dans Shining. Film d’épouvante venu s’ajouter à l’impressionnant catalogue des genres explorés par Kubrick, Shining est une fois...

Lire la critique

il y a 8 ans

152 j'aime

21

Shining
Samu-L
9
Shining

gninihS ehT ed euqitirc enu tse iceC

Shining est un sacré bon film d'horreur. Kubrick décide d'utiliser le moins d' effets faciles possible pour faire peur; comme le jump scare commun à beaucoup de films du genre(je crois qu'il y en a...

Lire la critique

il y a 8 ans

113 j'aime

7

Shining
louizmo
9
Shining

Heeeeeere’s Johnny !!!

Des films avec 50 "jumpscares" (saut de peur, en français) à l'heure, dotés de scènes de tortures épouvantables et de fils conducteurs plus absurdes les uns que les autres, il y'en a à la pelle de...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime

Joker
louizmo
10
Joker

DON'T (FORGET TO) SMILE !!!

Je ne vais pas encore tourner autour du pot, c'était une grosse claque. Véritable ovni, ce film n'est pas, comme je m'y attendais, du fan-service destiné à un grand public, ne dépeignant qu'une image...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime