Avis sur

Si douces, si perverses par Eric31

Avatar Eric31
Critique publiée par le

Si douces, si perverses (Così dolce... così perversa) est un thriller italo-français réalisé par Umberto Lenzi, coécrit par Ernesto Gastaldi (produit par les frères Sergio et Luciano Martino) qui met en scéne sur une très bonne musique composée par Riz Ortolani un couple de Bourgeois Jean et Danielle Reynaud (joués par jean Louis Trintignant et Erika Blanc)... Lui est un mari volage qui collectionne quelques maitresses comme Hélène Valmont (jouée par Helga Liné) la femme d'un riche homme d'affaire (joué par Giovanni Di Benedetto)... tandis qu'elle (l'épouse) se refuse a son mari (Jean)... jusqu'au jour ou ils ont une étrange voisine qui habite l'appartement au-dessus de chez eux... Nicole Perrier (jouée par Carroll Baker... une très bonne actrice qui je découvre de plus en plus) une femme qui qui sort d'une relation très difficile avec un certain Klaus (joué par le très bon Horst Frank) un homme violent... Entre deux films d'auteurs, Jean-Louis Trintignant, dans sa carriere cinématographique Italiennes a également tourné dans des productions de cinéma Bis... en témoigne cet obscur Giallo semi érotique réalisé par Umberto Lenzi un modeste artisan du genre qui ne brille pas par sa mise en scéne (Si douces, si perverses et Le Tueur à l'orchidée pourraient être ses meilleurs films)... Mais par contre ce long métrage brille par sa distribution et par son scénario assez tortueux (qui fait penser par moment aux Diaboliques de Clouzot) ou Jean-Louis Trintignant (le mari) joue un jeune industriel frustré et désemparé marié à une Erika Blanc (la femme) totalement frigide... face a eux une excellente Carroll Baker (la maitresse) persécutée par un abominable Horst Frank (l'intrus)... dans un récit rempli de faux semblants et de suspicions (Qui manipule qui ?)... A vous de voir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 302 fois
1 apprécie

Eric31 a ajouté ce film à 1 liste Si douces, si perverses

Autres actions de Eric31 Si douces, si perverses