"A hundred year from now, there won’t be a trace of anything we make now. So, we are fucked !"

Avis sur Side by Side

Avatar TiGon
Critique publiée par le

Ce documentaire réalise plus qu'un inventaire ou qu'une pure chronologie de l'évolution des technologies de tournage, il met en avant les transformations du monde cinématographique à l'heure d'un inévitable (?) passage au tout numérique.

Formé d'un assemblage d'interviews de réalisateurs (Scorsese, Fincher, Lars Van Trier, Nolan, Soderbergh, Cameron, Boyle pour citer les meilleurs, Robert Rodriguez, Georges Lucas et, croyez le ou non mais Joel Schumacher est également de la partie !!...), mais aussi de directeurs de la photographie, d'acteurs et de monteurs, ce documentaire d'une heure trente impressionne par l'exhaustivité des thèmes qu'il aborde. Son auteur part d'un constat évident : "la fin des films tournés à la pellicule", pour arriver à un questionnement beaucoup plus général sur l'état du cinéma actuel.

C'est Keenus Reeves qui se charge d'interviewer les divers intervenants et j'en suis arrivé à me demander, en me remémorant sa filmographie, s'il n'avait finalement pas raté sa vocation de journaliste. Bref.
Même si la part belle est faite au développement et à l'évolution des caméras numériques, ce sont tous les métiers du cinéma qui sont ici mis en avant, puis chaque intervenant explique en quoi de développement du numérique a modifié son travail, quels en sont les bénéfices, qu'est-ce que la numérisation a fait perdre au cinéma, etc... Les points du vue sont variés et chacun apporte sa vision ainsi que son enthousiasme, ses espérances ou bien ses craintes face à l'avenir.

Tous sont néanmoins d'accord pour dire que la suppression des délais (celui entre le moment où un rush est tourné et celui où l'on peut le visionner, ou bien le raccourcissement des temps de montage, de colorisation, et autres étapes de la réalisation d'un film) a considérablement changé leur façon de travailler. Certains s'en félicitent et d'autres, plus critiques, pointent du doigt la perte de distance d'un réalisateur vis à vis de ce qu'il vient de tourner lorsqu'il a la possibilité de visionner la scène en direct, sur un écran.
Un gain de temps contre une perte d'avis critique sur son propre travail ? La question soulevée ici m'a semblée avoir une portée bien supérieure simplement au travail de tel ou tel corps de métier dans le cinéma. À quoi ressemblerait le travail d'un Terrence Malick, ou d'un feu Stanley Kubrick si la technologie lui avait permis d'enchainer les prises sans les contraintes inhérentes au développement des pellicules ?

Toutes ces problématiques, et d'autres, comme la dématérialisation des oeuvres et son impact sur leur durabilité -qui en effraie certains-, mais aussi la banalisation des caméras de qualité offrant au spectateur la possibilité de passer de l'autre côté de l'écran, ou même la question de l'utilité de la 3D dans le paysage cinématographique sont des sujets très bien traités par ce documentaire. D'autant que les réalisateurs qui ont été choisis et qui ont accepté de participer à ce film sont, qu'on aime ou non leur travail, des personnalités tout au moins respectables du cinéma actuel.

Pour finir sur une observation personnelle, ce film m'a rappellé à quel point on entendait beaucoup trop les avis "éclairés" des acteurs et pas assez le point de vue des réalisateurs durant les périodes de promotions, tapis rouges et autres festivals.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 823 fois
15 apprécient

Autres actions de TiGon Side by Side