Les contraintes d'une adaptation

Avis sur Silent Voice

Avatar Cinéphile_Quelconque
Critique publiée par le

Silent voice, le long-métrage adaptant l’œuvre éponyme d'Yoshitoki Ōima, est sorti en France en 2018 soit presque 2 ans après sa sortie au Japon. Nous y suivons les péripéties de Shoya, un jeune garçon turbulent, qui voit son quotidien bouleverser lorsqu'une jeune fille atteinte de surdité, Shoko, se retrouve transférée dans sa classe.

J'ai vu le film deux fois, dont une au cinéma , et si je dois bien admettre une chose c'est qu'il est beau. Si l'on perd le contour épais des personnages du manga, on gagne un travail somptueux sur la couleur. Les crépuscules permettent une variété de couleurs et de lumières très impressionnante. Chaque plan se succède dans une ambiance différente tout en restant harmonieux. La composition des plans est par ailleurs très soignée. Shoya se retrouve régulièrement minuscule dans le cadre, le vide occupant majoritairement l'espace. C'est une mise-en-scène classique mais qui traduit bien son malaise intérieur. Quant à l'ost, elle est bonne (notons la piste SLT) mais son utilisation est souvent encombrante, ne faisant qu'appuyer les moments dramatiques. C'est assez ironique qu'un film sur un personnage malentendant se retrouve régulièrement être trop bruyant. C'est d'ailleurs une remarque que l'on peut étendre au reste du film, on tombe facilement dans une tendance à la sur-dramatisation. Je n'irai pas à dire que c'est tire-larme mais un peu de sobriété n'aurait pas fait de mal. Cette sur-dramatisation est due selon moi à l'un des plus gros soucis du film.

Deux heures c'est court. Affreusement court.

On parle de condenser sept tomes en deux petites heures, et ça c'est un impact non négligeable sur le développement et l'épanouissement de l'histoire. Les premiers qui en souffrent sont bien évidemment les personnages secondaires. Ce manque est le plus marquant dans une scène: il s'agit de la séquence où tout les protagonistes se retrouvent sur le pont et où chacun expose leurs ressentis par rapport aux autres et énoncent les défauts de ces derniers. Ce passage n'a pas la puissance qu'il devrait avoir car le spectateur n'a pas assez vécu d'expérience avec eux. A nos yeux, cela ne fait que quelques semaines que le groupe s'est forgé. Les liens d'amitiés entre les personnages ne sont pas suffisamment exposés. La réaction de ces lycéens semblent alors bien trop exagérée pour le peu de temps qu'ils ont passé ensemble. L'affect n'y est tout simplement pas, ou tout du moins pas suffisamment. On ne ressent pas l'important de leur relation.

C'est là qu'un dilemme se pose pour moi. Il faut savoir que je suis fan du manga d'origine. J'adore le trait de l'autrice, j'ai beaucoup apprécié ces personnages ainsi que leur développement. De cette façon, l'affect était déjà établi pour moi. Je connaissais et appréciais ses personnages. Les moments émouvants m'ont rappelé ma lecture et ont donc très bien fonctionné sur moi. Cependant, est-ce qu'un néophyte apprécierait le film sans avoir lu le manga au préalable ? J'ai eu des réponses mitigées dans mon entourage à ce sujet. Certains ont beaucoup apprécié le caractère de Shoya et se sont reconnus dans certains de ses problèmes, tandis que d'autres les ont trouvé trop peu exploitées à cause du rush constant de la trame scénaristique.

Mon ressenti après un second visionnage est le suivant : le film est correct, voir même bon selon les attentes. Toutefois, on est loin de la qualité de l’œuvre originale. Nous sommes ici devant une compilation des moments les plus éprouvant du manga. Si le manque de développement est regrettable pour les personnages secondaires, c'est surtout qu'il enlève de nombreux moments de calmes et d'amitiés qui permettaient d'alléger le ton général. Une adaptation en animé aurait été préférable à mon sens. Le rythme aurait été plus aéré, rendant le récit plus digeste, appréciable même. Dans cette adaptation cinématographique, on a la sensation que le protagoniste enchaîne les événements dramatiques à un tel point qu'on pourrait croire qu'une malédiction s'est abattue sur lui. Je suis certain que de nombreux spectateurs ont trouvé le film forcé à cause de cet élément.

Après, n'oubliez pas que ceci ne représente que mon avis, l'avis d'un cinéphile quelconque.
N'hésitez pas à me transmettre vos ressentis et interprétations sur le film en commentaire, je les lirai avec attentions.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 335 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Cinéphile_Quelconque a ajouté ce film d'animation à 1 liste Silent Voice

  • Films
    Affiche L'Année du dragon

    (Re)vus en 2018

    Janvier: 19 films Février: 22 films Mars: 20 films Avril: 23 films Mai: 10 films Juin: 29 films Juillet: 41 films Août: 20...

Autres actions de Cinéphile_Quelconque Silent Voice