L'haleine d'un vieux

Avis sur Silvio et les autres

Avatar 6nezfil
Critique publiée par le

C'est toujours étrange de voir dresser le portrait au cinéma d'un homme toujours vivant. Berlusconi a 82 ans et a de moins en moins d'influence politique mais il poursuit sa quête obsessionnelle malgré son inéligibilité pour cause de fraude fiscale. Il continue de fasciner l'Italie, symbole de glamour décadent. Un peu moins inspiré que dans Il Divo où un autre monstre, Andreotti, faisait les frais du jeu de massacre orchestré par Paolo Sorrentino, le cinéaste napolitain s'intéresse ici moins à l'homme public qu'à l'individu en privé, au moment de ses 70 ans et alors en retraite provisoire. Il y est triste et pathétique, son éternel sourire vissé aux lèvres, alors que son visage ne semble être qu'un masque susceptible d'être arraché à l'improviste. C'est vers la fin du film que se trouvent les scènes clés : celle avec sa femme, une dispute haute en couleurs ; celle avec une jouvencelle de 20 ans où l'on craint quelque chose de scabreux mais où le "caïman" se voit renvoyer à son âge quand la jeune femme lui annonce qu'il lui rappelle son grand-père avec son "haleine de vieux." Car au fond, comme dans Youth, le personnage principal de Silvio et les autres est obsédé par la jeunesse et sa vitalité qu'il s'illusionne de toujours posséder. Amputé de près de 40 minutes par rapport à sa sortie italienne, le film a sans doute perdu un peu de sa consistance et de son homogénéité. Il semble ici coupé en deux parties distinctes, la première guère passionnante, clipesque et complaisante dans une certaine vulgarité, la seconde plus mélancolique et plus proche de son sombre héros. Etonnament, le film n'est pas une attaque en règle contre Berlusconi et semble parfois éprouver une certaine compassion pour ce vieil homme qui a utilisé toute sa vie sa séduction et son bagout de son métier initial de vendeur. Silvio et les autres est une satire de l'Italie contemporaine nourrie aux stupidités télévisuelles de Berlusconi et le cinéaste exprime sa virtuosité baroque et grotesque avec efficacité mais, en fin de compte, le portrait du vain et hâbleur Cavaliere est moins chargé que prévu. De là à dire qu'il correspond à la réalité, c'est une autre histoire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 335 fois
6 apprécient

6nezfil a ajouté ce film à 1 liste Silvio et les autres

  • Films
    Affiche L'Échappée belle

    Au fil(m) de 2018

    Films sortis en 2018 et vus en salles, voire en DVD ou VOD. Mes dix préférés de l'année : Leto, 3 Bilboards, Call me by your...

Autres actions de 6nezfil Silvio et les autres