Avis sur

Sinister par Queenie

Avatar Queenie
Critique publiée par le

L'affiche n'a rien à voir avec l'ambiance du film. Bien trop sanglante et horrifique, alors que ce film joue avec plus de finesse que ça.

Le petit pitch : Ellison, un auteur de polar-vérité (je ne sais pas si ça a un vrai nom : en gros, il prend un fait divers, pour lequel la police aurait été dans l'impasse, enquête de son côté, et écrit son livre) en manque de vente vient avec sa petite famille s'installer dans une nouvelle ville pour travailler sur son nouveau livre.
Ce qu'il ne dit pas à sa famille : le meurtre sur lequel il veut enquêter s'est déroulé dans la maison où ils emménagent (enfin... dans le jardin...).
Meurtre : une famille de quatre personnes est retrouvée pendue à l'arbre de leur jardin, une des petites filles (Stéphanie) a disparue.

Ambiance du film tendue tout le long, pas d'effet pour effrayer à tout va le spectateur, pas de scène montrée avec un plaisir sadique, et une histoire qui se déroule petit à petit et maintient le spectateur attentif aux détails, à l'histoire, à l'évolution des personnages.
Parce qu'on suit Ellison dans sa découverte de l'histoire, et des histoires, auxquelles il est confronté. Comme lui, on sombre à chaque minute de plus en plus profondément dans le mystère et l'horreur.
Le scénario est très bien ficelé, il donne exactement ce qu'il faut d'indices pour se faire sa petite enquête dans son coin, tout en accaparant assez le spectateur pour le garder attentif et éviter qu'il ne devine tout avant la fin.

En position de spectateur qui regarde Ellison, lui-même spectateur des images qui lui sont transmises (mises en scène des meurtres), se glisse la réflexion sur le pouvoir de l'image, sur l'influence des images violentes sur celui qui regarde, le trouble, le malaise, le besoin d'aller toujours plus loin, de savoir, de découvrir.

Ce film m'a beaucoup rappelé les ambiances de Stephen King : les objets qui semblent animer de leur vie propre, hantés, et qui harcèlent le personnage principal. Le fait, évidemment, que celui-ci soit un auteur. Sa dégaine et ses habitudes aussi : vieille veste en laine typique, verres de whisky, le personnage qui sombre lui-même dans une sorte de folie, la maison isolée, les flics bons et méchants, bien braves. Côté rustique du Maine.
Un petit air, pour ceux qui connaissent, de Fenêtre secrète avec Johnny Depp.
Et bien sûr, pour le côté visionnage d'images qui font surgir l'horreur, on ne peut que penser à Ring.

Ethan Hawke s'en sort très très bien, pour interpréter avec finesse ce personnage complexe : lâche, manipulateur, morbide et en même temps aimant et protecteur.

Un vraiment bon film angoissant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 489 fois
2 apprécient

Queenie a ajouté ce film à 1 liste Sinister

Autres actions de Queenie Sinister