James Bond fait du cinéma

Avis sur Skyfall

Avatar AlexLeFieutard
Critique publiée par le

"James Bond contre Dr No" est sorti en 1962. Pendant ces cinquante années, James Bond est devenu une idée, un concept. Celui de l’homme bien habillé, bien coiffé, bien rasé, bien élevé, qui boit des martini-vodka, qui couche avec les plus belles femmes du monde, qui gagne toujours à la fin mais qui, malheureusement, n’a rien à raconter. En réalité, James Bond n’existe pas. De Sean Connery à Pierce Brosnan, c’est un être impalpable que l’on a vu au cinéma, dans des films interchangeables qui, avec les années, ressemblent de plus en plus à des nanars.

Or, depuis une dizaine d’années, l’image du héros infaillible et immatériel ne plaît plus. De nos jours, les films s’intéressent au for intérieur des personnages, de manière plus ou moins intelligente, captivante et utile. Nolan va jusqu’à philosopher sur Batman, et les personnages d'Iron Man, de Superman, de Spider-man, tendent à dévoiler leurs expériences de vie de façon à être humanisés, compris. Dans ces films, le possible (la perte d’être chers, l’abandon, le chagrin d’amour…) est confronté à l'impossible.

Logiquement, les James Bond de Daniel Craig s’inscrivent dans cette mouvance de l’homme qui ose verser une larme et reconnaître ses failles, ses erreurs. James Bond n’est alors plus un concept, mais un homme, un personnage qui évolue dans le temps et sur lequel on peut s’interroger. Ce n’est pas le même homme que l’on voit dans "Casino royale" et dans "Skyfall" (on admettra ici, pour des raisons compréhensibles, que "Quantum of solace" n’existe pas). Dans le premier, James Bond débute. Il est plein de rage, veut faire les choses vite et bien, sans bénéficier de la fameuse vue d’ensemble dont M lui parle sans cesse. Il est pressé, passionné, inconséquent et, à la fin du film, tombe amoureux. Or, théoriquement, James Bond ne s’énerve jamais, il sait se contrôler, choisir ses mots, peser le pour et le contre et, surtout, il ne tombe jamais amoureux. En cela, "Casino royale" offrait à James Bond non seulement un nouvel avenir, mais aussi un passé.

Or, après avoir été un jeune loup inconscient, on devient un vieil ours expérimenté. Entre les deux films, James Bond a eu le temps de prendre de la bouteille, de voir son niveau baisser, de comprendre certaines choses sur son métier et sur lui-même, .

C’est dans cette atmosphère que "Skyfall " existe, celle d’un temps révolu, où les souvenirs et les remords sont plus nombreux et plus présents que les projets et les désirs. Le temps à vivre est moins long que le temps déjà vécu. Ce n’est peut-être pas un hasard si le film est réalisé par Sam Mendes, qui semble obsédé par le thème des opportunités manquées : dans "American beauty", Lester Burnham évalue tout ce qu’il a raté et tente de se donner une seconde chance, dans "Les noces rebelles", un couple en perte de vitesse décide de s’installer à Paris pour enfin vivre la vie dont il rêve, dans "Les sentiers de la perdition", le héros se retrouve soudain confronté aux conséquences de son aveugle obéissance. De la même manière, les personnages de "Skyfall s’entendent dire qu’ils sont terminés, finis, inutilisables.

Ainsi, à la différence de tous les autres films (sauf "Casino royale"), James Bond n’est pas une succession de clichés, de mauvaises blagues et de scènes d’action où les plans ne dépassent pas les trois secondes. C’est un film, un vrai, qui existe indépendamment de toute la mythologie à laquelle il est censé appartenir, et qui est tourné comme tel. La caméra de Sam Mendes fait des merveilles, les décors sont aussi variés que distingués, et les couleurs sont parfois sublimes.

La volonté du film de renouer avec les règles classiques de la saga, alors que "Casino royale" s’était efforcé de les abandonner, révèle une nouvelle fois que James Bond est aujourd’hui un personnage qui évolue, dont la vie est composée de plusieurs phases, les plus belles n’étant pas forcément celles à venir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 271 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de AlexLeFieutard Skyfall