Affiche Slacker

Critiques de Slacker

Film de (1991)

Le début des années 1990 à Austin, Texas

Avant de retranscrire la vie de famille américaine des années 2000 en partageant la vie d’un garçon pendant 13 ans, Linklater représentait le début des années 1990 à Austin, Texas, en suivant pendant 1H30 des gens qui s’y croisent. Des jeunes qui ne font pas grand chose et qui parlent beaucoup, des moins jeunes qui n’en font pas beaucoup plus et n’en parlent pas moins pour autant et des plus... Lire la critique de Slacker

9
Avatar Clode
7
Clode ·

Réalité(s)

J'aime bien Linklater. Pourtant je n'ai pas encore vu ses premières films. En voilà un. "Slacker" est un film qui dépend entièrement de son concept. On sait que Linklater aime ce genre. La preuve il tourne actuellement un film depuis 13 ans, dans lequel les personnages vieillissent réellement (Ethan Hawke est dedans et son visage a bien vieilli avec le temps). "Slacker" c'est aussi un... Lire l'avis à propos de Slacker

9
Avatar Fatpooper
7
Fatpooper ·

Intéréssant mais inadapté au format long

Premier film du conceptuel Linklater, le réalisateur en personne donne les clefs de son film dès la première scène, lors de son dialogue avec un chauffeur de taxi : autour de nous, ce qu’on traverse, quitte, peut se déployer comme une réalité alternative dont nous sommes conscients uniquement en rêve, et les événements imaginés prennent vie. Sur ce principe, à chaque... Lire l'avis à propos de Slacker

2
Avatar Alice Perron
5
Alice Perron ·

Critique de Slacker par JimAriz

Quel autre film peut prétendre aussi bien capter une époque, un endroit, une culture ? Avec son premier film Richard Linklater nous emmène chez lui, à Austin. Sur une journée la caméra va suivre divers personnages, reliés entre eux par le temps et l'espace (ils se sont croisés à un moment ou à un autre) mais sans aucun autre lien. A travers des dialogues qui semblent improvisés (mais il n'en est... Lire la critique de Slacker

5
Avatar JimAriz
8
JimAriz ·

Marabout et bouts de ficelles

L'un des tout premiers films de l'insaisissable Richard Linklater. En à peine une centaine de minutes Slacker arbore avec tendresse et malice sa structure narrative en forme de cadavre exquis, montrant avec indolence les vicissitudes de l'Amérique profonde. Dès la séquence inaugurale Slacker expose et propose sa thèse : Linklater en personne y parle - sur le siège arrière d'un taxi -... Lire la critique de Slacker

2
Avatar stebbins
8
stebbins ·

Critique de Slacker par guiyom

Richard Linklater est un réalisateur qui aime les concepts (c'est le réalisateur de Boyhood). Pour Slacker, il nous plonge au coeur d'une journée dans la ville d'Austin comme si il était un homme invisible qui se déplace de rencontres en rencontres. Ca donne un film avec des acteurs qui n'apparaissent pas plus de 5 minutes à l'écran, des discussions sans queue ni tête, des situations cocasses... Lire la critique de Slacker

3
Avatar guiyom
7
guiyom ·