👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'essaye de faire le point sur ce que je viens de voir durant l'heure 48 précédant ma critique. Beaucoup de choses, plus de positif que de négatif.

Slevin représente le genre de films qui vous réveillent juste avant votre sieste de l'après-midi, entre le moment où vous vous dites que finalement il n'y a rien à regarder mais que vous allez donner un chance à ce film. C'est ce qui s'est passé dans mon cas. Avis mitigé pour ce qui est de l'affiche et du trailer, heureusement je ne me suis pas arrêtée à cela.

Le film m'est tout d'abord apparu comme une sorte de Guy Ritchie amateur, avec un soupçon de Bon Baiser de Bruges. Une ambiance sarcastique, humoristique, morbide sur un lit de second degré (recette assurée pour un bon film ).

Je n'ai vraiment pas vu le temps passer, et au contraire, plus le temps passait plus je me réveillais de mon demi-sommeil. Il y a de tout : de l'action, de l'intrigue, des méchants, de l'amour, etc. Enfin bref, c'est un beau menu que nous a servi Paul McGuigan dans son film. Et même si on finit par comprendre où le film nous mène, il faut avouer que le twist final est assez judicieux. Même si j'aurais préféré une autre fin, je n'ai pas grand chose à reprocher à Slevin.

D'ailleurs, il n'y a rien à redire sur le choix d'acteurs, qu'on me jette une pierre si je suis la première à avoir gloussé en voyant débarquer Bruce Willis, Morgan Freeman et Ben Kingsley. Josh Hartnett incarnait plutôt bien son rôle et avait totalement la tête de l'emploi, mais je me suis tout de même à dit à plusieurs reprises que Brad Pitt aurait mieux fait l'affaire avec 20 ans de moins, à la manière de Snatch. C'est sûrement ce que Josh s'est dit puisqu'il ne peut s'empêcher durant le film d'imiter ce bon vieux Pitt (Oui, je t'ai vu Josh.)

J'ai aussi regretté la vitesse à laquelle l'histoire se déroulait. Cette histoire d'amour façon roméo et Juliette où ils tombent amoureux après 3 phrases, la montre calcinée, le manque d'explications quant à la rivalité qui oppose Schlomo à The Boss. Bon ce serait chicaner pour pas grand chose d'en tenir compte parce que ce n'est pas bien important. Ah et quelques erreurs de raccord assez drôles, mais bon encore une fois je suis très indulgente.

Pscl_Bnski
7
Écrit par

il y a 6 ans

2 j'aime

2 commentaires

Slevin
imiduno
7
Slevin

Critique de Slevin par imiduno

Slevin, c'est un peu le film que personne n'a envie de voir. Un film quelque peu sorti de nulle part, à grand renfort de "gros" casting et de sang en veux-tu en voilà pour mener le spectateur dans...

Lire la critique

il y a 11 ans

19 j'aime

7

Slevin
Hunky-Dory
1
Slevin

Contrefaçon

Guy Ritchie est un réalisateur sympa. En plus, il a fait tourner Madonna par amour, c'est plutôt courageux ; ou inconscient peut-être. En tous cas, pour qui n'a pas vu le film, ça le rend...

Lire la critique

il y a 10 ans

14 j'aime

4

Slevin
Eren
6
Slevin

Fucking Boxon

J'aurais bien pu baisser ma note d'un ou deux points, retirer la recommandation, et me focaliser sur ce qui ressemble à une paranoïa compulsive consistant à rejeter en bloc tous ces réalisateurs qui...

Lire la critique

il y a 8 ans

13 j'aime

2

La Fureur de vivre
Pscl_Bnski
8

L'adolescence des années 50

J'écris cette critique, mais je mentirais en disant qu'elle sera objective. J'ai toujours eu un gros penchant pour l'irresistible James Dean et ce film est un hommage à son charisme intemporel. La...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

Slevin
Pscl_Bnski
7
Slevin

Gambling man.

J'essaye de faire le point sur ce que je viens de voir durant l'heure 48 précédant ma critique. Beaucoup de choses, plus de positif que de négatif. Slevin représente le genre de films qui vous...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

2

Douze Hommes en colère
Pscl_Bnski
8

I have no reasonable doubt...

Clairement je n'ai aucun doute sur l'appréciation que j'ai ressentie pour ce film. Il confirme la beauté des films d'époque et brille par la puissance d'élocution des acteurs. Un message poignant et...

Lire la critique

il y a 1 an

1 j'aime