SNATCH (ou Tout pour une caravane rose)

Avis sur Snatch - Tu braques ou tu raques

Avatar floops
Critique publiée par le

Snatch, sorti en 2000, arrive deux petites années après le premier coup de poing de Guy Ritchie : Arnaques, crimes et botaniques (1998). Il s’inscrit dans un « triptyque » qui a pour thématique principale la pègre londonienne – au sein de laquelle se déroulent une multitude d’histoires rocambolesques de personnages hauts en couleurs – et dont le dernier opus est Rocknrolla (2008).

« Bon sang, arrête de me fourrer ta langue dans le cul, Gary. Laisse ça aux chiens. Tu n’es pas un chien , hein Gary ? Et pourtant tu présentes toutes les caractéristiques du chien. Toutes sauf la loyauté. »

Snatch, c’est l’histoire d’un diamant, volé par Franky « Quatre doigts » (Benicio Del Toro), pour le compte d’un certain Avi Denovitz, mafieux new-yorkais. Un certain Boris, trafiquant d’armes, ayant pour petit nom « le hachoir », ou encore « Boris pare-balles », va tout faire pour le récupérer et engage deux petites frappes : Vinny et Sol.

Parallèlement, « Tête de brique », caïd de la pègre locale et également bookmaker, demande à Tommy (Stephen Graham) et Turkish (Jason Statham) d’organiser un combat de boxe clandestin, qui sera bien évidemment truqué. Nos deux organisateurs vont recruter Mickey (Brad Pitt), un gitan irlandais, qui accepte le deal de « se coucher », afin de faire offrir à sa môman une grande caravane rose !

« Il ne faut jamais sous-estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. »

Un montage clipesque, dynamique et explosif, avec une bande son electro-rock, qui vaut le détour et sait mettre la pêche ! Un film plein de testostérone (il me semble qu’il n’y a qu’une seule femme au casting : Sorcha Cusack, la maman de Mickey, qui rêve de sa caravane rose), où tu es obligé(e) de rester les yeux braqués sur ton écran, au risque de louper la réplique ou le détail, qui te fera passer à côté d’un des éléments clés du film !

« Toute action entraîne une réaction et une réaction de manouche ça fait très mal ! »

Pour ce qui est du casting, on retrouve Brad Pitt – L’armée des 12 singes (1995), Seven (1995), Vue sur mer (2014) – en gitan complètement barré, un Statham – Le transporteur (2002, 2005, 2008), Expendables (2010, 2011, 2014) en bleu, un peu flippé mais burné et un Stephen Graham, coéquipier un peu plus raisonné, que l’on retrouve en tant que Combo, skinhead et chef de gang, dans This is England (2006) et la mini-série This is England ’86 (2010), This is England ’88 (2011) et This is England ’90 (2015).

« Ça vous est déjà arrivé de traverser la rue sans regarder ? Et là, sortie de nulle part, une voiture vous fonce dessus ! Qu’est-ce que vous faites ? Un truc vraiment idiot : vous vous figez et vous voyez pas votre vie défiler parce que vous avez trop peur pour penser ! Vous restez planté là avec l’air con ! Mais pas le manouche. Pourquoi ? Parce qu’il avait un plan pour écraser la voiture ! »

Avec tout ce joli monde sur le tournage et surtout un budget réduit, Guy Ritchie a dû mettre en place un système d’amende : chaque personne responsable d’une scène ratée devait mettre la main au porte-monnaie : une manière comme une autre de responsabiliser et d’amener un peu de sérieux sur le tournage, tout en étant cohérente avec l’idée que l’on peut avoir du fonctionnement d’une bande de malfrats !

Petite anecdote : Statham était vendeur de bijoux avant d’être repéré par le réalisateur, qui le fit jouer dans Arnaques, crimes et botanique, puis Snatch.

« La vie t’a donné une mauvaise main, mais c’est comme ça, on est ce qu’on est, et la seule chose qu’on peut contrôler, c’est notre façon de réagir face aux ennuis qu’on rencontre. Alors, tu peux être le chassé ou le chasseur, Albert. »

La série Snatch est sortie cette année (2017) et nous fait suivre une bande de petits malfrats, qui se retrouvent « accidentellement » avec entre les mains des lingots d’or. Malheureusement pour eux, ils n’auraient pas dû mettre la main dessus et très vite un tas d’emmerdes leur tombent dessus ! S’ajoute à cela l’ensemble du crime organisé londonien, qui fera tout pour mettre la main sur les lingots.

C’est donc une série efficace, dans la veine du film, qu’il faut prendre le temps de regarder. On n’est certes pas sur la même puissance scénaristique et de jeu, mais ça vaut le coup de se pencher dessus et pour le moment, il n’y a que dix petits épisodes !

« Oui Londres. Vous savez bien : fish, chips, tasse de thé, bouffe dégueu, temps de merde, Mary Poppins de mes deux, Londres ! »

En définitive, Snatch, c’est un film rythmé, qui te tient en haleine dès la première seconde et jusqu’à la dernière ! C’est un film au suspens insoutenable : Mickey arrivera-t-il à offrir la caravane rose à sa môman ? Qu’adviendra-t-il du diamant de 84 carats ?

Snatch, c’est un uppercut en pleine face, aussi jouissif que Arnaques, crimes et botanique et aussi sympa que Rocknrolla !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 600 fois
Aucun vote pour le moment

floops a ajouté ce film à 1 liste Snatch - Tu braques ou tu raques

Autres actions de floops Snatch - Tu braques ou tu raques