👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Si le réalisateur américain Oliver Stone n’a jamais hésité, dans son cinéma, à remettre en question les décisions/actions de son pays, aussi nobles ou discutables soient-elles, il se montre tout de même un peu moins incisif dans Snowden, préférant se concentrer sur l’histoire de l’homme plutôt que sur la complexité de l’affaire. Un choix toutefois judicieux dans l’optique de rendre accessible au plus grand nombre une histoire extrêmement dense. D’autant plus que si le scénario manque parfois de contrepoint pour susciter une véritable réflexion, il offre quand même un regard pertinent sur le parcours de Snowden. En cela, le long-métrage se révèle particulièrement intéressant puisqu’il dresse non seulement le portrait d’un génie, mais il fait également la lumière sur un univers obscur pour la plupart des gens. A travers une romance atypique, aussi mièvre au départ qu’intense à la fin, il montre aussi l’évolution d’un homme constamment tiraillé entre son patriotisme et son humanité. Il en ressort un récit, certes un peu moins riche qu’on pouvait l’espérer, mais néanmoins tout à fait solide, pouvant de surcroît s’appuyer sur une narration fluide alternant brillamment moments présents et flashbacks.

Fondamentalement linéaire, l’histoire compense son relatif manque de profondeur par une contextualisation permanente (11 septembre, Obama…) et une vulgarisation du fonctionnement des différentes entités. Du coup, ce que le film perd en pertinence, il le regagne en pédagogie. Un moindre mal donc. Côté casting, Joseph Gordon-Levitt trouve assurément ici l’un de ses plus beaux rôles. Impliqué, l’acteur campe un Edward Snowden plus vrai que nature. Il est tellement charismatique que le reste de la superbe distribution – Shailene Woodley, Zachary Quinto, Nicolas Cage, Melissa Leo, Tom Wilkinson – a tendance à faire de la figuration. A vrai dire, seul l’étonnant Rhys Ifans, impressionnant d’authenticité dans la peau du mentor de Snowden, offre une belle opposition à l’analyste. On retiendra notamment cette scène intense entre les deux hommes par écran interposé. Enfin, d’un point de vue purement technique, le long-métrage fait également des merveilles puisque si la mise en scène de Stone est somme toute assez classique, mais élégante, la photographie de Anthony Dod Mantle est en revanche somptueuse. Idem pour la BO de Craig Armstrong, discrète à première vue mais puissante quand il le faut.

Pour conclure, si Snowden n’atteint jamais le niveau de complexité qu’il mérite (mieux vaut chercher du côté du documentaire Citizenfour pour ça), il n’en reste pas moins un formidable biopic, brossant avec élégance le portrait d’un homme tiraillé entre son patriotisme et son humanité. Emmené par un Joseph Gordon-Levitt impliqué, le film fait joliment la lumière sur un des plus grands scandales de l’histoire des États-Unis. Passionnant !

Wolvy128
7
Écrit par

il y a 5 ans

5 j'aime

Snowden
мс³
8
Snowden

Rubik's Man

Si Oliver Stone a réussi à marquer les esprits avec des films comme Platoon, Wall Street, JFK ou encore le sauvage Tueurs nés, cela fait quelques années maintenant qu'il ne cesse de décevoir le...

Lire la critique

il y a 5 ans

23 j'aime

Snowden
Moizi
1
Snowden

Quel intérêt ?

Pourquoi faire un tel film ? Quel est l'intérêt ? Il y avait le sympathique Citizen Four qui avait l'immense avantage d'être un documentaire et de montrer la réelle interview de Snowden... pourquoi...

Lire la critique

il y a 5 ans

14 j'aime

12

Snowden
Corentin_D
4
Snowden

I, Edward Snowden

La prise de conscience d’un agent de la NSA sortant de l’ombre pour révéler au monde, en même temps que son identité, la peu reluisante facette des systèmes de cyber-surveillance mise en place par...

Lire la critique

il y a 5 ans

11 j'aime

2

Hunger Games : La Révolte, partie 1
Wolvy128
6

Critique de Hunger Games : La Révolte, partie 1 par Wolvy128

Depuis l’adaptation du dernier tome de Harry Potter en deux films distincts, la plupart des grandes sagas littéraires semblent emprunter la même trajectoire (Twilight, Divergente…) et Hunger Games...

Lire la critique

il y a 7 ans

49 j'aime

3

Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E.
Wolvy128
7

Critique de Agents très spéciaux - Code U.N.C.L.E. par Wolvy128

Quatre ans après sa dernière réalisation, le réalisateur britannique Guy Ritchie revient sur le devant de la scène avec un film dans la veine de ce qu’il a l’habitude de proposer, celle d’un...

Lire la critique

il y a 6 ans

35 j'aime

1

Nos étoiles contraires
Wolvy128
8

Critique de Nos étoiles contraires par Wolvy128

Adapté du roman éponyme de John Green, Nos Étoiles Contraires (The Fault in our Stars en VO) raconte l’histoire d’amour atypique entre Hazel Grace Lancaster (Shailene Woodley) et Gus Waters (Ansel...

Lire la critique

il y a 8 ans

27 j'aime