Advertisement

Un film qui n'est pas à la hauteur de la Saga Culte

Avis sur Solo : A Star Wars Story

Avatar Danielle Willies
Critique publiée par le

Film de Ron Howard. Au scénario on retrouve Lawrence Kasdan et son fils Jonathan. Lawrence avait déjà signé les scripts de L'Empire contre-attaque, Le retour du Jedi et Le Réveil de la Force. Ils ont également été rejoints par d'autres membres vétérans de l'équipe Star Wars.

Quand se déroule ce spin-off sur Han ?
Ron Howard n’a pas souhaité donner la temporalité précise de son film, mais pour bien comprendre, notamment la fin, il faut savoir à peu près quand ce spin-off se déroule.
Une source provenant d'Internet essaye de clarifier les choses, malheureusement elle est truffé de spoilers, je vais donc vous citer certains de ses propos pour vous aider à vous situer dans la temporalité :

“Dans Solo, Han a une petite vingtaine, ce qui place clairement ce film au milieu des intrigues de La Revanche des Sith et de Rogue One, épisode qui se termine quelques instants seulement avant le début de l’histoire du film original.”

“C’est en fait l’âge de Chewbacca qui peut nous aider à calculer le plus précisément l’année durant laquelle se déroule principalement Solo. Le Wookie révèle à son nouvel allié qu’il a 190 ans, soit dix de moins que dans Un Nouvel Espoir.”

Cet épisode de Star Wars se déroule bien avant qu’Han rencontre Luke et Leia. Avant même que les rebelles n’existent, en tout cas pas comme nous les connaissons. Le jeune Han, et sa bien-aimé Qi’ra, essaient de fuir leur planète natale, Corellia, qui est gouvernée par Lady Proxima. Néanmoins pour réussir à s’enfuir, Han rejoint les rangs de l’Empire. Malheureusement, son arrogance et son incapacité à suivre les règles ne lui amènent que des ennuis.
Au travers de cette origin-story, on découvre comment Han a hérité de son nom, la manière dont il a rencontré son meilleur ami Chewie, mais aussi sa façon de gagner le célèbre Faucon Millenium.

Cela fait des mois que certains annoncent une catastrophe. Fin 2017, les rumeurs disaient même que Disney s'attendait à ce que le film fasse un “flop”. Des bruits courraient aussi sur le jeu d'acteur “désastreux” d’Alden Ehrenreich. Avec tout ça, j'étais assez sceptique en allant voir Solo.

Vous êtes ici pour savoir si ça vaut la peine de dépenser plus de 11 euros pour aller voir Solo : A Star Wars Story,

donc allons droit au but et commençons par le négatif :

Le plus gros défaut est Han lui-même, Alden Ehrenreich n’a aucun charisme! Il n’incarne pas et ne personnifie pas du tout le contrebandier que l’on a vu avec Harrison Ford. Han est supposé être célèbre pour enfreindre toutes les règles, pourtant, il se retrouve dans un film cucul et feel-good qui n'en brise pas une. Mais nous reviendrons à ce défaut un peu plus tard.

Pour le choix d’Alden, j’en viens vraiment à me demander : "Qu’est ce qui leur est passé par la tête pendant le casting?”, surtout quand j’ai vu les noms des autres acteurs qui se sont présentés pour le rôle.

Ensuite, beaucoup de choses restent très très prévisibles tout au long de Solo. L’histoire d’amour entre Qi’ra et Han est beaucoup trop niaise, et, en vérité, trop loin du Han que l’on connaît avec la princesse Leia. Le Han que l’on trouve ici est naïf et trop gentil. Qi’ra elle-même le qualifie comme “le gentil”. Bon, peut-être que ce sont toutes ces péripéties qui l'ont rendu blasé et amer tee que nous le voyons dans Un Nouvel Espoir.

Revenons-en aux choix scénaristique, il semblerait qu’ils aient été bâclés. Notamment les plot-twists, mais aussi le plan maléfique du méchant, Dryden Vos, qui en réalité n’est pas si méchant que ça.

Cependant il n’y a pas que du négatif.

Une chose qui m’a personnellement beaucoup plus, c’est le retour de nombreuses espèces de la trilogie et de la prélogie. C’est vrai que dans l’Episode VII et VIII ils sont là, mais, à l'évidence, moins présents. Certains vont sûrement crier scandale pour ce qui va suivre : j’ai l’impression que l’on retrouve presque une ambiance prélogique avec certaines scènes de Solo, particulièrement avec la scène où Han rencontre Lando pour la première fois, ainsi que celle avec Lady Proxima.

Comme déjà mentionné, pendant le déroulement de cet épisode, les rebelles n'existent pas encore, en tout cas pas comme nous les connaissons. Par contre, il se pourrait bien que nous ayons assisté à leurs débuts.

La photographie et l'esthétique de Solo est navrante face à celles que l’on a pu voir en Décembre dernier avec Les Derniers Jedis ainsi qu'avec Rogue One l’année précédente. Pourtant les scènes sur Savareen sont plaisantes, et, à mon goût, ce sont les meilleures du film. Le côté sombre de la photographie met l’accent sur la noirceur d'une galaxie sous la domination de l’Empire, de même pour les recoins obscurs d’où sort Han. On retrouve un droïde, L3-37, qui, comme les droïdes dans les films précédents, a un penchant pour le sarcasme, avec un brillant développement de son caractère.

Pour conclure.

Même si l’histoire, les personnages et les décors ne sont pas assez développés, on découvre beaucoup de petites choses sur l’univers Star Wars qui sont intéressantes. Toutefois, elles ne sont peut-être pas intéressantes pour tout le monde. En effet beaucoup disent qu’ils s’en fichent complètement de Solo et de son histoire. Sa rencontre avec Chewbacca ou même son acquisition du Faucon n’ont aucun intérêt pour eux. Ceux d’entre vous qui sont de cet avis, passez votre chemin et n’allez pas voir Solo. Pour ceux qui ont une soif d’en connaître davantage sur Han et son histoire avant la trilogie, venez et décidez par vous-même si vous aimez l’histoire du plus fameux contrebandier et vaurien de la galaxie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 123 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Danielle Willies Solo : A Star Wars Story