Taking a nap seems thrilling in comparison

Avis sur Somewhere

Avatar badasscupcake92
Critique publiée par le

Un de mes pires souvenirs de cinéma (il en faut bien, dites moi...). J'ai détesté ce film. Si je n'avais pas eu quinze ans à l'époque du visionnage et peur de me faire engueuler par mon père qui m'avait payé la séance, je serais sortie du cinéma au bout de 10 minutes. Sérieux. Je ne blague pas, ça a été un supplice de rester dans cette salle. Je me suis rarement autant ennuyée de ma vie (même mes cours de linguistique à la fac étaient moins soporifiques, c'est dire...). Alors à ce qui paraît c'est normal, parce que c'est un film sur l'ennui et c'est ultra cool parce que c'est un effet miroir, mise en abyme, enfin en attendant, tu as quand même envie de dormir tout le long.

C'est tout ce que je déteste dans le cinéma indépendant, le côté contemplatif pour jeter de la poudre aux yeux du spectateur et faire croire qu'il y a un sens profond à ce que tu fais (je n'ai rien contre le cinéma qui prend son temps je précise, A single man est super contemplatif et il est génial), des acteurs qui tirent la gueule et n'ont aucune expression pour te montrer qu'ils sont au bout de leur vie (bonjour l'acteur principal, aucun charisme), un enfant comme ressort narratif pour humaniser le personnage (sauf que spoiler un mec imbuvable qui devient père ne le rend pas génial d'un coup), une esthétique qui est un copié-collé de ce qu'on a vu mille fois ailleurs (elle arrive même à se copier elle-même en essayant de recréer une atmosphère Virgin Suicides mais ça MARCHE PAS), des personnages de femmes dont on ne sait même pas le nom super sexualisées qui servent juste de background (sauf que spoiler encore une fois, voir un mec qui a des relations tarifées je me dis pas ah le pauvre il est perdu dans sa vie il se noie dans le sexe et la décadence pour oublier sa tristesse de vivre, je me dis juste GROS CONNARD ESPECE DE PORC faut vraiment que tu sois un sale mec pour entretenir ce business. digression mais il va falloir arrêter de faire passer les clients des call girls et des prostituées pour des pauvres victimes, c'est à elles qu'il faudrait s'intéresser en premier), une intrigue mille fois revue (innovez un peu) et surtout ce truc insupportable qui suggère que bouhou, être un mec blanc cis hétérosexuel qui s'est servi de son pouvoir et de son fric pour ruiner sa life tout seul, c'est vraiment ultra important. Je ne sais pas vous, mais c'est pas un combat qui me touche DU TOUT. Les scènes sont du gros foutage de gueule, sérieux je n'en reviens toujours pas presque dix ans après. On a quand même en scène d'intro dix minutes de plan fixe avec une voiture qui fait des tours. Ah oui mais c'est censé montrer la stérilité et la monotonie de la vie, on est coincé, on refait toujours les mêmes erreurs. Merci la psychologie et le cinéma expliqués au nuls. C'est vraiment de la branlette intellectuelle, au pire sens du terme. Le pire c'est que cette prétentieuse de Sofia Coppola ne nous cache pas un instant que nous pauvres mortels on est trop con pour comprendre la profondeuuuuuuuur de son cinéma, non meuf, c'est juste que c'est mauvais et feignant, aussi bien dans le propos que dans la réalisation. Et quand on croit être arrivés au bout de cette torture, BAM, la réalisatrice nous refout un coup sur la tête avec une deuxième séquence plan fixe d'un moulage de visage. Mais non vous n'avez toujours rien compris, c'est un symbole de l'impuissance et de l'incapacité d'avancer. En attendant, tu t'ennuies comme jamais et tu as juste envie de faire un sieste pour que ça se termine au plus vite. Même les scènes de patinage de Elle Fanning sont fades, pas intéressantes, tout est cousu de fil blanc, et vous êtes censés être attendris parce que wow monsieur s'occupe enfin de sa fille et remet toute la faute sur son ex-femme après ne s'être jamais occupé de sa gosse!!! Vraiment a role model.

Je ne vais pas m'éterniser parce que ce film n'en vaut pas la peine, mais c'est snob, c'est mauvais, c'est beaucoup d'artifices et de procédés visuel pour du néant, et depuis j'ai jamais retenté de regarder du Sofia Coppola parce qu'une expérience comme ça, ça vous dégoûte à vie d'une réalisatrice.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 72 fois
1 apprécie

Autres actions de badasscupcake92 Somewhere