👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Anna, jeune fille solitaire vivant en ville avec ses parents, rejoint un été sa tante dans un petit village plutôt calme où, dans une demeure étrange et inhabitée, elle va faire la rencontre d'une jeune fille de son âge, Marnie.

Alors que les studios Ghibli amorcent un virage crucial et important à l'heure où le génial Hayao Miyazaki s'éloigne du cinéma, Hiromasa Yonebayashi met en scène Souvenirs de Marnie, où il va donc s'attarder sur cette jeune fille solitaire. À l'image de La colline aux coquelicots ou Arietty, le petit monde des chapardeurs (déjà par le même réalisateur), j'ai trouvé qu'il manquait cette magie que l'on pouvait trouver dans les oeuvres de Miyazaki malgré une certaine sensibilité, un véritable savoir-faire et un lyrisme que l'on découvre lors de certaines séquences.

Néanmoins, tout le savoir-faire Ghibli est là, une animation simple, fluide et élégante et des personnages consistants où Yonebayashi laisse planer une ambiance ambiguë sur cette jeune fille et Marnie. S'il peine à réellement faire tenir son histoire sur toute la durée du film, il arrive à nous y intéresser et nous interroger sur les frontières entre la réalité et l'imagination, la solitude ou encore la recherche du bonheur. C'est donc d'autant plus dommage que l'émotion et la puissance dramatique ne soient pas au rendez-vous si ce n'est, légèrement, lors de deux ou trois séquences. Il ne tire pas tout le potentiel de son histoire et peine à réellement faire plonger le spectateur au coeur du récit et des sentiments d'Anna.

Si c'est dommage, ce n'est pas non plus totalement préjudiciable, en plus de rester tout le long intéressant, Souvenirs de Marnie déborde d'idées et d'inventivités, notamment dans ses magnifiques dessins. Chaque plan est minutieusement préparé et bien souvent, ils sont somptueux, tant pour les intérieurs que les paysages. L'ensemble ne manque pas d'un certain charme même si là encore, ça ne masque pas totalement la faiblesse dramatique de l'oeuvre.

Sans être une production majeure du studio Ghibli, Souvenirs de Marnie s'inscrit dans la lignée d'Arietty ou La colline aux coquelicots, à savoir des oeuvres souvent très belles, notamment dans la forme, avec un véritable savoir-faire derrière mais manquant de magie et surtout de puissance dramatique.

Souvenirs de Marnie
tchoucky
9

Une histoire de deuil et de guérison

Anna a douze ans, et elle étouffe dans sa vie, au propre comme au figuré. Au propre, parce qu’elle a de l’asthme. Au figuré parce qu’elle ne s’intègre pas vraiment dans sa classe, n’est pas assez...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

5

Souvenirs de Marnie
Docteur_Jivago
6

(Don't you) forget about me

Anna, jeune fille solitaire vivant en ville avec ses parents, rejoint un été sa tante dans un petit village plutôt calme où, dans une demeure étrange et inhabitée, elle va faire la rencontre d'une...

Lire la critique

il y a 6 ans

37 j'aime

6

Souvenirs de Marnie
Arbuste
4

Critique de Souvenirs de Marnie par Arbuste

Attention, cette critique est super terre à terre. Elle ne s'embarrasse pas de concepts vagues comme la poésie ou le ressenti. Et ce pour une raison simple, c'est que, justement, j'ai rien ressenti...

Lire la critique

il y a 7 ans

31 j'aime

10

Gone Girl
Docteur_Jivago
8
Gone Girl

American Beauty

D'apparence parfaite, le couple Amy et Nick s'apprête à fêter leurs cinq ans de mariage lorsque Amy disparaît brutalement et mystérieusement et si l'enquête semble accuser Nick, il va tout faire pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

167 j'aime

29

American Sniper
Docteur_Jivago
8

La mort dans la peau

En mettant en scène la vie de Chris The Legend Kyle, héros en son pays, Clint Eastwood surprend et dresse, par le prisme de celui-ci, le portrait d'un pays entaché par une Guerre...

Lire la critique

il y a 7 ans

146 j'aime

31

2001 : L'Odyssée de l'espace
Docteur_Jivago
5

Il était une fois l’espace

Tout juste auréolé du succès de Docteur Folamour, Stanley Kubrick se lance dans un projet de science-fiction assez démesuré et très ambitieux, où il fait appel à Arthur C. Clarke qui a écrit la...

Lire la critique

il y a 7 ans

137 j'aime

40