Affiche Sparrows

Critiques de Sparrows

Film de (2016)

La vie sapée d'un ange

Auréolé de 11 nominations aux Edda Awards (Césars islandais) « Sparrows » signé par Runar Runarsson est incontestablement l’un des films majeurs traitant de ce difficile cap qu’est le passage entre adolescence et vie adulte. Se situant dans la lignée d’un « Virgin suicide » de Sofia Coppola (par son côté dépouillé) ou d’un « Paranoid park » de Gus Van Sant (certains cadrages ou gros plans)... Lire la critique de Sparrows

9 2
Avatar Fritz Langueur
9
Fritz Langueur ·

De l'éther à l'incarnation

"Sparrow", terme anglais signifiant "moineau" mais qui, accolé à d'autres noms, peut désigner d'autres volatiles, de terre ou de mer. De fait, on plane dans l'éther, dès la scène d'ouverture : caméra braquée sur la voûte immaculée d'une église islandaise, nos oreilles sont emportées vers les hauteurs de cette nef par les voix immatérielles d'un chœur d'enfants ; puis on suit l'un des... Lire la critique de Sparrows

4 8
Avatar Anne Schneider
9
Anne Schneider ·

De la souffrance, toujours de la souffrance, encore de la souffrance ... et encore ?

Encore et toujours, montrer la souffrance, la souffrance, et encore la souffrance. Hier encore, je parlais de ce teen movie américain qui parvenait à parler du mal être des jeunes à travers l'humour et la bonne humeur. Sparrows se regarde, vraiment. Les musiques sont bonnes, le personnage intéressant, les plans sont bons, parfois même époustouflants (paysage Islandais quoi), mais voilà ...... Lire la critique de Sparrows

3 4
Avatar Gzaltan
6
Gzaltan ·

si t'aimes voir des mecs s'en prendre pas mal dans la gueule pendant une heure et demie.

J'aurais aimé l'aimer ce film et le défendre tout comme "Anna", un des courts-métrages de ce même réalisateur qui m'avait beaucoup plût et que j'avais découvert lors du festival Premiers Plans. Anna laissait augurer du meilleur. C'était subtil, assez ramassé malgré sa longueur (pour un court-métrage s'entend - environ 30 min) et dans mon souvenir c'était un dès beau portrait d'adolescente.... Lire la critique de Sparrows

3 1
Avatar Isaiah Kewendi
6
Isaiah Kewendi ·

Portrait sensible et sans relief

Auréolé de toute une série de prix à travers les festivals du monde, Sparrows est finalement un produit assez consensuel et peu original. Un adolescent doit quitter Reyjkavik pour rejoindre son père dans un fjord isolé de l'Ouest du pays. Le paternel s'avère être un poivrot, et le jeune héros va découvrir la vie au cours d'un été : premier amour, premier rapport sexuel, premier... Lire l'avis à propos de Sparrows

3
Avatar Christoblog
4
Christoblog ·

Envol tardif

Scénariste, Rúnar Rúnarsson déroule sans surprise durant les deux premiers tiers de Sparrows le récit d'une relation père-fils perturbée. Le canevas narratif ne déroge pas à un traitement classique et chronologique : un fils en quête de repères, un père divorcé et alcoolique. Réalisateur, Rúnarsson use épisodiquement de la beauté des paysages... Lire l'avis à propos de Sparrows

Avatar In_Cine_Veritas
5
In_Cine_Veritas ·

(De)constructing Ari

Les « sparrows », les hirondelles du titre du film de l’islandais Rúnar Rúnarsson ne sont pas très présentes dans l’image. On comprend cependant bien vite que le cinéaste parle de ses personnages, d’Ari (Atli Oskar Fjalarsson) en particulier, ce jeune de Reykjavik obligé de vivre tout un tas de chambardements lorsque sa mère, pour des raisons inconnues, part vivre en Afrique avec son... Lire l'avis à propos de Sparrows

Avatar Bea Dls
8
Bea Dls ·

Chape de plomb

« Sparrows » est un film islandais du réalisateur Rúnar Rúnarsson, plus connu pour ses courts métrages. Il fut notamment nominé à l’Oscar du meilleur court métrage de fiction en 2005. Le film est une sorte de "teen-movie" qui s’attache aux pas d’Ari, un jeune garçon dont la passion est le chant. Il est d’ailleurs membre d’un chœur – ce qui me semble être une pratique courante en... Lire l'avis à propos de Sparrows

Avatar Aramis
4
Aramis ·

Adieu à l'innocence

Qu'est-ce que le cinéma islandais ? Des crises existentielles, un humour amer et noir, des paysages somptueux et, éventuellement, des moutons frisés. Le deuxième film de Runar Runarsson, au titre énigmatique de Sparrows (ils sont où les moineaux ?) n'est pas drôle du tout et ne s'intéresse pas un instant aux ovidés de l'île. Pour le reste, oui, la photo est superbe dans cet été sans nuit du... Lire l'avis à propos de Sparrows

1
Avatar 6nezfil
6
6nezfil ·

Une adolescence crépusculaire

Ari, adolescent de 16-17ans, habite à Reykjavik. Il se voit contraint de retourner pour l'été chez son père, qu'il n'a pas vu depuis plusieurs années, dans le nord, là où la nuit n'existe pas. Et Ari n'est vraiment pas ravi et on le comprend : ce coin paumé d'Islande est au combien déprimant, c'est pourquoi tout le monde picole d'ailleurs. Ari retrouvera quand même sa grand-mère et surtout... Lire l'avis à propos de Sparrows

1
Avatar Victos
7
Victos ·