Affiche Spartacus

Critiques de Spartacus

Film de (1960)

L’éphèbe de la glèbe à la plèbe.

Tout le monde le sait, l’incursion de Kubrick dans le monde très codé du péplum n’a rien d’un choix personnel : c’est un tremplin à sa carrière et un remplacement de dernière minute pour le projet de Douglas construisant un film à sa gloire. On pourra néanmoins chercher dans ce film les germes de son esthétique ou les obsessions qui seront les siennes par la suite. La maitrise formelle est... Lire la critique de Spartacus

59 9
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Pique, épique, école et drame

En 1959, Kirk Douglas n'est pas content, on lui a préféré Charlton pour le rôle de Ben-Hur (en même temps, niveau prestance antique et port de la jupette, c'est normal) et il a refusé de se consoler avec Messala, tant pis pour eux les salauds ! Ils vont bien voir, il va leur produire un peplum encore plus gros dans leur gueule de cons et ça leur fera tellement les pieds qu'ils pourront plus... Lire la critique de Spartacus

83 11
Avatar Torpenn
6
Torpenn ·

Get free or die tryin'.

L'amitié a parfois du bon. Peu satisfait de la façon de travailler d'Anthony Mann, le comédien Kirk Douglas, à l'origine du projet et vedette du film, demanda à Stanley Kubrick, avec qui il avait travaillé sur le magistral "Les sentiers de la gloire" de le remplacer, permettant ainsi au futur réalisateur de "Lolita" de mettre un pied à Hollywood (et de le retirer juste après), ce qui aidera... Lire la critique de Spartacus

29 3
Avatar Gand-Alf
8
Gand-Alf ·

Critique de Spartacus par Ragnarök

J'étais vraiment pas chaud pour me taper 3h de péplum, je ne l'avais jamais vu alors je me suis forcé. Évidemment je ne regrette pas, malgré quelques longueurs et autres moments d'absence de ma part, j'en sors agréablement surpris. C'est grandiose, titanesque. Kirk Douglas est immense, Tony Curtis a la grande classe. La relation entre Spartacus et Varinia est superbe. Les séquences entre les... Lire la critique de Spartacus

21 8
Avatar Ragnarök
8
Ragnarök ·

Spartacus, le symbole universel de la révolte

Cette superproduction de près de 13 millions de dollars mise en chantier par Kirk Douglas lui-même via sa compagnie la Bryna, lui permit de satisfaire ses penchants progressistes car il voulait appuyer sur l'aspect "film à message" ; aussi prit-il autant de risques en tant que producteur qu'avec son précédent film les Vikings qui venait de remporter un succès foudroyant. Le... Lire l'avis à propos de Spartacus

22 12
Avatar Ugly
8
Ugly ·

Faux "grand spectacle"...

Même avec la signature aujourd'hui prestigieuse d'un Kubrick débutant, "Spartacus" a tout du peplum traditionnel, avec jupettes tout cuir et profusion de figurants. En se repenchant sur le contexte de l'époque (le maccarthysme et la chasse au sorcières), on comprend le courage qu'a eu Kirk Douglas de s'enticher et d'adapter au cinéma une sorte de... Lire la critique de Spartacus

4
Avatar Eric Pokespagne
6
Eric Pokespagne ·

Critique de Spartacus par Enlak

Depuis la série, l’histoire est désormais bien connue. Un esclave forcé de s’entraîner en tant que gladiateur se soulève avec ses compagnons d’armes contre son maître. Il rassemble ensuite tous les esclaves des environs et devient le fer de lance de la liberté et de la révolte contre l’oppression romaine. Gladiateurs, esclaves, femmes et enfants accourent pour rejoindre ses rangs. Fort d’une... Lire la critique de Spartacus

13 1
Avatar Enlak
9
Enlak ·

La révolte gronde

Spartacus quatrième œuvre de Stanley Kubrick réalisé en 1960 qui s'initie au genre historique/péplum (après l'excellent Les sentiers de la gloire en 1957) nous projettes en l'an 73 avant Jésus-Christ en Italie ou deux gladiateurs amis doivent s'affronter dans une arène pour se tuer et décider du vainqueur.... Lire la critique de Spartacus

8 5
Avatar ludovic-50
9
ludovic-50 ·

Critique de Spartacus par ghyom

Qu'y a-t'il encore à dire sur ce film qui n'ait pas été dit ? Film le moins personnel de Kubrick : -Scénario de John Trumbo de qualité mais n'ayant pas les mêmes thématiques que Kubrick -Commande d'un studio -Ego d'une star, aussi producteur du film, qui veut imposer ses choix -2ds rôles pas en reste pour ce qui est de donner leurs avis sur la mise-en-scène Tout est fait pour laisser le moins... Lire la critique de Spartacus

7
Avatar ghyom
8
ghyom ·

L'homme qu'on ne pouvait enfermer

Un bon petit film de guerre en jupette, ça fait du bien de temps en temps. La création de ce film est tout aussi passionnant. Kirk n'a pas eu le rôle de Ben Hur échoué à Charlton, il a donc voulu faire plus fort en mettant sur pied le projet "Spartacus". Pas satisfait de Mann, il le vire pour embaucher un réalisateur qu'il admire et avec lequel il avait déjà travaillé : Kubrick. Sauf que ça se... Lire la critique de Spartacus

8
Avatar Fatpooper
7
Fatpooper ·