Tellement rapide qu'on l'a sorti avant de le finir...

Avis sur Speed Racer

Avatar Voracinéphile
Critique publiée par le

Si un film de course a bien réussi à donner l'ivresse de la vitesse et de la soif de gagner, avec l'hallucinant Redline, c'est Rush. Petite merveille de Biopic ayant trouvé le bel équilibre entre portraits de pilotes et séquences de courses, il avait trouvé le bon dosage pour souligner les enjeux humains et impliquer émotionnellement le spectateur dans chaque course. Ici, on se sent aussi impliqué qu'en regardant quelqu'un jouer sur une borne d'arcade. Si on ne payait pas, ça pourrait aller. Mais les enjeux, explicitement régressifs, ne sont jamais développés au delà du stade du film pour enfant, ce qui se révèle clairement limite une fois qu'on a passé les 10 ans. En fait, le film s'est suicidé dès le top départ avec une chose qui ne pardonne pas : l'esthétique. Tout pue tellement le fond vert, tout sonne tellement faux avec ces couleurs criardes, ces textures en plastique, ses décors guimauves et ses éclairages psychédéliques qu'on ne parvient jamais tout simplement à s'immerger. C'est trop vomitif, trop extrême, trop factice pour oser prétendre façonner un univers SF. On est loin du niveau d'un Spy Kid 3D, mais c'est pourtant ce genre d'impression que le film donne : un univers tellement factice que, malgré ses scènes d'action totalement abracadabrantes, le spectateur un temps soit peu exigeant esthétiquement laissera immédiatement sur le bas-côté. On sent de toute façon le projet familial dans cette adaptation. Mais si le sort de Cloud Atlas était totalement injuste, on ne s'étonne pas un instant de celui de Speed Racer, qui n'a somme toute que la carrure d'un DTV vite envoyé, entre un Perdu dans l'espace et un Mission G. Au diable la moindre profondeur, la frivolité constante des enjeux et les acrobaties ahurissantes de ces voitures en sucres ressemble davantage à une pub pour jouets d'une heure trente plutôt qu'à un film, ce qui craint quand même sérieusement, même après un navet comme Matrix Revolution (qui restait techniquement valable, lui...).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 191 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Voracinéphile Speed Racer