👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Constat sociologique effarant sur une culture bling bling qui érige l'argent en père, les armes en fils et Britney Spears en saint esprit.
Un monde où le language et la formulation d'idées ont quasiment disparus, remplacés par le sexe et la violence comme seules façons d'exprimer ses émotions.
Clapclap pour Benoît Debie (chef-op d'Enter the Void) qui fait un travail hallucinant sur l'esthétique porn pour faire de l'art avec.
Clapclap pour Douglas Crise (monteur de Babel) qui joue au montage de ses dialogues d'analphabètes pour en faire de la poésie de chanson de geste et qui réussit l'improbable en créant une oeuvre atmosphérique digne d'un Mallick tout en utilisant les codes des clips de Shakira ...

Et puisque je suis en mode "générique", je suis obligé de rappeler que la composition de James Franco était bien plus digne d'Oscars que toutes les statuettes distribuées ces dernières années.
On en oublierait presque les filles, dont le casting est lui aussi un Happening cynique absolument divin, mais pas seulement.
Elles SONT leurs personnages, avec une approche du jeu faussement documentaire, la limite entre réalité et fiction est à peu près aussi floue que dans un Bruno Dumont.
C'est tout le travail d' Hamony Korine depuis Kids et Gummo qui trouve son apogée dans Spring Breakers.
Bref, un de ces trop rares films qui considèrent encore le language cinématographique comme un art à pousser dans ses retranchements, qui questionne notre société et son rapport à l'image et qui inclue son discours DANS sa forme.

Ca fait du bien ... SPRING BREAK BITCHES !

ThomasLesourd
9
Écrit par

il y a 6 ans

5 j'aime

Spring Breakers
Chaiev
5

Une saison en enfer

Est-ce par goût de la contradiction, Harmony, que tes films sont si discordants ? Ton dernier opus, comme d'habitude, grince de toute part. L'accord parfait ne t'intéresse pas, on dirait que tu...

Lire la critique

il y a 9 ans

238 j'aime

74

Spring Breakers
Before-Sunrise
1

Halt Disney

Le film démarre comme un clip de MTV, avec de la musique merdique et la caméra qui tremble. Il n’y a pas de dialogue, juste des cons qui sautent à moitié à poil en buvant de la bière (yeaah on se...

Lire la critique

il y a 9 ans

159 j'aime

38

Spring Breakers
real_folk_blues
2

Vous êtes le maillot faible, au revoir.

Si faire rouler des culs souillés par la bière et la sueur en 120 images secondes pendant une heure trente correspondait à l’image que je me faisais de la représentation du carpe diem contemporain,...

Lire la critique

il y a 8 ans

140 j'aime

79

Spring Breakers
ThomasLesourd
9

Poésie pornographique

Constat sociologique effarant sur une culture bling bling qui érige l'argent en père, les armes en fils et Britney Spears en saint esprit. Un monde où le language et la formulation d'idées ont...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

Batman v Superman : L'Aube de la Justice
ThomasLesourd
6

La version longue qui remet les pendules à l'heure.

Encore un exemple qui fera date dans l'illustration de "comment bousiller un film au montage" avec la sortie cette semaine de la version longue de Batman v Superman. Snyder est un habitué de ces...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

Dunkerque
ThomasLesourd
6
Dunkerque

Partis pris non assumés

Tout d’abord emballé par les partis pris du film, son montage déstructuré, le choix de ne jamais montrer l’ennemi, de ne pas montrer une seule goute de sang (sauf sur le crane d’un enfant), sa...

Lire la critique

il y a 5 ans