👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Présenté comme la descente aux enfers soft-porn de quatre college-girls délurées, Spring Breakers est une fantastique ode à la décadence pop de l'Amérique. Reprenant les tropes de la culture américaine des 15 dernières années, entre les reportages hallucinants et sur-saturés de MTV pendant le Spring Break, les princesses teen, de Britney Spears aux starlettes Disney plus récentes (pied de nez presque trop évident), au dubstep et à la culture ghetto-bling, Harmony Korine nous enivre d'images comme une lycéenne descendrait un litre de vodka redbull. Le programme affiché est celui du glauque, du malsain et de l'extrême violence, il en ressort tout autre chose, on sait ce qu'on va voir quand c'est estampillé Korine, le plaisir coupable de voir Selena Gomez et Ashley Benson se déniaiser en plus.

Pourtant, alors que les mômes récitent en voix off un laïus lénifiant censé rassurer leurs familles ("tout le monde est adorable, le spring break est avant tout une quête spirituelle, j'ai trouvé la paix intérieure, je t'aime, maman, yadayadayada") faisant rire dans la salle, tant il est en décalage avec les images de débauche cheap sur fond de fast-food, de bikinis fluos et de cocaïne, la répétition lancinante de ces tirades en vient à convaincre. Ces gamines ont *bel et bien* accompli une quête spirituelle, repoussé leurs limites via des rites initiatiques plus ou moins poussés, et ont donné tout ce qu'elle pouvaient pour être prêtes à retourner dans leur vraie vie. C'est juste que ça impliquait moins de méditation et plus de flingues. Le Spring Break apparaît comme un formidable exutoire pour ces mômes qui ont juste besoin de donner cours à un besoin d'être salopes et violentes sans être jugées, l'une des clés de ce rite initiatique étant que, dans ce cas précis, les 4 gamines restent toujours en contrôle et maîtresses de leur destin, jamais victimes. Je vois difficilement comment on peut faire moins coming-of-age et comment on a pu dire que ce n'était pas un teen movie, c'est certainement un des meilleurs produits récemment.

Le dubstep ne fait pas illusion bien longtemps : ce film est foutrement contemplatif et propose une vision hallucinée du crépuscule de l'adolescence américaine.
VirginiA
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Teenage vixens et Les meilleurs teen movies

il y a 9 ans

41 j'aime

3 commentaires

Spring Breakers
Chaiev
5

Une saison en enfer

Est-ce par goût de la contradiction, Harmony, que tes films sont si discordants ? Ton dernier opus, comme d'habitude, grince de toute part. L'accord parfait ne t'intéresse pas, on dirait que tu...

Lire la critique

il y a 9 ans

238 j'aime

74

Spring Breakers
Before-Sunrise
1

Halt Disney

Le film démarre comme un clip de MTV, avec de la musique merdique et la caméra qui tremble. Il n’y a pas de dialogue, juste des cons qui sautent à moitié à poil en buvant de la bière (yeaah on se...

Lire la critique

il y a 9 ans

159 j'aime

38

Spring Breakers
real_folk_blues
2

Vous êtes le maillot faible, au revoir.

Si faire rouler des culs souillés par la bière et la sueur en 120 images secondes pendant une heure trente correspondait à l’image que je me faisais de la représentation du carpe diem contemporain,...

Lire la critique

il y a 8 ans

140 j'aime

79

Clueless
VirginiA
7
Clueless

Le paradoxe de la gentille princesse

Cher Horowitz a fasciné les adolescentes de 95 et au-delà avec son programme informatique pour sélectionner sa tenue du jour, faisant d'elle une des saintes patronnes des blogueuses modes. Pourtant,...

Lire la critique

il y a 10 ans

74 j'aime

6

Dawson
VirginiA
7
Dawson

Critique de Dawson par VirginiA

Je pense que les gens qui mettent des critiques assassines (et justifiées) à la série ont grandi et oublié et que quelque part, Dawson appartient à un Neverland adolescent. Oui, les dialogues sont...

Lire la critique

il y a 11 ans

68 j'aime

12

La Folle Journée de Ferris Bueller
VirginiA
8

Ferris Bueller gives good kids bad ideas

« Do you realize that if we played by the rules, right now we'd be in gym? » Ferris Bueller est un adolescent qui ne suit pas les règles ; le film qui lui est consacré non plus. Ferris Bueller sèche...

Lire la critique

il y a 11 ans

67 j'aime

8