Faut de tout pour faire un monde

Avis sur Spring Breakers

Avatar Anyo
Critique publiée par le (modifiée le )

Ce film est un exercice d'équilibriste. Constamment sur le fil du rasoir, jonglant avec l'absurde, le ridicule ou le consternant, Harmony Korine nous dépeint une jeunesse qui, il faut bien le dire, n'a pas grand chose d'intéressant à raconter.
Malheureusement, ces jeunes filles écervelées qui souhaitent partir en spring break pour découvrir le monde (mouah ha ha ha !!!) sont le sujet du film alors...
Comment faire ?

Option 1 : Vous voulez dénoncer une jeunesse en perdition mais vous êtes un si mauvais réalisateur que vous finissez par en faire l'éloge...

Option 2 : Vous en faites une comédie, après tout, c'est marrant la connerie humaine !

Option 3 : Vous utilisez tous les artifices de ce monde en perdition pour mieux dénoncer son délabrement. Par exemple, Britney Spears est une diva pour cette jeunesse... D'accord, le moment le plus émouvant de mon film aura pour fond sonore une chanson de la "belle" ! A vous de vous forgez votre opinion...

Korine a choisit l'option 3. Il en résulte un film foutrement bizarre mais loin d'être inintéressant.
Le réalisateur nous montre tout, du cul, des seins, des guns, des billets verts, du sexe, de l'acool, de la coke, enrobe le tout avec une "fucking" musique comme pour mieux caresser cette jeunesse perdue dans le sens du poil mais détrompez vous car intervient alors le montage...
Celui d'Harmony Korine s'applique à eclater le réçit pour mieux appuyer son absurdité. Mettre en voix off les coups de fil à la famille sur les images de fêtes ou de braquage sont de beaux exemples... facile et tapageur diront les scéptiques, efficace et révélateur d'un vide émotionnel pour ma part. Les mots n'ont pas d'importance pour ces gens là... Il n'ont plus leur place au milieu des fuck et des yo...
C'est comme ces quelques flashforward (bond en avant dans le temps) dont la vocation est d'appuyer le côté inéluctable d'un réçit finalement sans surprise... Le refus du réalisateur de "mettre en valeur" cette jeunesse l'oblige à jouer avec nos nerfs en témoignent les répetitions d'images et de sons parcourant le long métrage. On peut remarquer d'ailleurs que les seules filles qui s'échappent de cet enfer, et qui sont donc les plus "intéressantes" de la bande, ne préoccupe absolument pas Korine. A peine parties qu'on ne les reverra plus...

Nan, lui est là pour nous parler de gens sans saveur, sans subtilité, dont la vacuité d'esprit est aussi effrayante que la profondeur des conneries déblatérées par Alien (James Franco) qui malheureusement est bien un produit de notre planète terre...

"Spring Breakers" est là pour nous rappeler qu'il faut de tout pour faire un monde.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 694 fois
22 apprécient · 2 n'apprécient pas

Anyo a ajouté ce film à 5 listes Spring Breakers

Autres actions de Anyo Spring Breakers