Avis sur

Spring Breakers par Rat

Avatar Rat
Critique publiée par le

Il est de ces films bruts qui vous hantent sans que vous ayez le savoir du « pourquoi ». Artiste puissamment déglingué au décoffrage facile, Harmony Korine filme. L'Amérique et ses pires débauches. Il le fait comme personne. Spring Breakers est une autre poésie, un souffle new-age au grand savoir humain. Premiers plans, sea, sex, bear and bikinis. Amusant sans l'être mais amusant. Suite au soleil et à l'euphorie, l'ennui. Couloirs déserts et ville morbide sans intérêt. En son sein sont quatre jeunes filles. Baignant dans une industrie lancinante et scolaire, elles rêvent de s'évader. Elles attendent de se trouver, de plonger dans un bain de vie et de chaleur. Elles croiront le trouver aux Spring Breaks. Univers purement pulsionnel. Le film n'est ni noir, ni blanc, ni vérité, ni mensonge. Tout est tout. Intègre, humain... Rien ne se cache. Seuls des visages trop propres et enfantins se couvrent. Cagoules roses et petites filles, les anges déchus trop propres, souillées d'embrasser, par amour, un mort. Le désir d'adrénaline et de frisson n'a de cesse d'augmenter. Une effrayée, une brisée, deux parties. Restent les guerrières avides de vengeance face à une vie qui ne leur a pas assez donné. Leur sauveur, séquestreur bling-bling et pourtant discret, n'est plus rien. Les Spring Breaks sont un passage pour celles qui savent qu'elles y trouveront leur compte. Les protagonistes sont des purs de l'impur. Un adulte/enfant à l'étalage matériel excessif qui ne sait que faire de ses abus. Une pulsion brute et clichée à l’intérêt décadent. Quatre croqueuses de vie liées par une étrange amitié. La fin reprend le plan moteur du départ. Ce qui s'est alors déroulé change la donne. Amusant ce n'est plus. Protubérances mammaires helliumisées, gramme de gélatine fessière au mettre carré, clip assumé, le tout donne la nausée. A coups de morceaux électro Korine est le maître d'une œuvre paradoxale et fortement maîtrisée. C'est fluo, féminin, flash, fantaisiste... Tant pour servir sa brillante et informe critique emplie de rage et de brutalité. Ce stratagème atteint son appogée lors de la reprise d'une (trop) célèbre chanson pop. La douceur musicale sur fond de couché de soleil contrecarre la violence ambiante. Le tout s'achève en bain de sang, situation renversée tant sur le fond que la forme. Un ponton noirâtre scintille, les rôles se confondent et le bikinis s'éloignent. Spring Breakers est une bombe emballée dans un papier à friandise froissé. Une chronique brutale, douce/amère et marquante sans autre prétention que celle de dire la vérité. "Spring break... Spring break for ever..."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 314 fois
3 apprécient · 2 n'apprécient pas

Rat a ajouté ce film à 1 liste Spring Breakers

Autres actions de Rat Spring Breakers