Dr Frankenstein devient maboule

Avis sur Star Wars - L'Ascension de Skywalker

Avatar GrievousLord
Critique publiée par le

Ce film m'a fait reconsidérer ce que je trouvais mauvais dans les épisodes 7 et 8.

Ce film m'a fait reconsidérer le montage même d'un film.

Cet épisode final de la licence Star Wars n'est pas un film, c'est un essai catastrophique dans tout ce qu'il raconte, propose et met en scène. Si quelques plans pris à part sont très soignés, rien ne fonctionne. Au lieu d'énumérer bêtement le nombre hallucinant de questions que le spectateur se pose ou toutes les incohérences inhérentes au film, il faut avant tout se pencher sur ce qu'il propose par rapport à son approche de la saga.

Au delà du titre aux relents nauséabonds, cet épisode 9 n'invente rien, ne propose rien de bien et n'utilise rien de bien. Son but était de clôturer cette pauvreté de trilogie, ne vous faites pas avoir par le marketing sur ce fameux "conclusion de la saga". En essayant de repartir sur une ligne narrative contraire à celle de The Last Jedi, ce film convoque pour la première fois à l'écran un méchant ni introduit ni expliqué à la vie : Palpatine. Concept issu du comics L'Empire des ténèbres, sa pauvreté ici n'en est que plus risible après l'effacement de l'univers étendu par ces producteurs.

A aucun moment la place qu'occupe l'Empereur n'est expliquée, logique, légitimée ou censée, cette menace apparaît et disparaît en un film. Ses motivations sont claires sans l'être et son plan n'a pas nécessairement de sens. Il veut recréer l'Empire à travers les bases nébuleuses de ce qu'était le Premier Ordre sans qu'on sache jamais comment il a put se procurer quoique ce soit. En fait, le film ne cherche jamais à se justifier et sert simplement un prétexte pour décupler scène d'action et effets visuels. Si ces deux prédécesseurs parvenaient à prendre leur temps pour expliquer un tant soit peu l'histoire, ici, rien n'est donné au spectateur et le peu de fil narratif existant provient des lignes de dialogues lancées ici ou là pour ne pas perdre le spectateur.

Pauvre spectateur. Comme lui, comme vous, j'attendais certainement une sorte d'histoire, de personnages et d'enjeux. Car ici rien ne manque plus que d'enjeux. Sauver la galaxie des 10 000 croisers équipés de canon ultra desctructeur ou que sais-je encore... rien ne prend. Jamais. A aucun moment. Tout est rushé jusqu'à la dernière seconde. L'impression d'assister à un déluge de scènes inhérentes est terrible. Rien n'est cohérent, on le sait et on ne le cache pas. La façon dont les combats répétés, les morts incompréhensibles et les macguffins s'enchaînent et criminelle et je refuse de croire un seul instant que ce genre de soupe tiède peut divertir qui que ce soit en tout conscience. Si c'est le cas, excusez moi. Je ne pense pas que lire soit une bonne expérience pour vous, votre cerveau ne pourrait sûrement pas tenir jusqu'à ces lignes de toutes façons.

Non, c'est assez catastrophique. Cette trilogie terrible se conclue par le film le plus fade, facile, oubliable, pauvre en thématique, sans saveur puisque pas d'enjeux, mal joué, mal monté et ô combien ennuyeux de toute la saga. Nous parlons de Star Wars, la licence intarissable qui a survécu à plus de 20 ans de haine envers la prélogie. Ici, la déchéance est totale. Je suis tout bonnement incapable de comprendre ce que les gens peuvent bien aimer là dedans.

Les personnages sont... en fait assez étranges. Leia n'est pas là et meurt de la même manière qu'elle apparaissait à l'écran, sans substance et sans but raisonnable. Han et Luke reviennent pour quelques conseils vaseux, arborant un style homeless des plus vomitif (les cheveux nom de dieu). Ces pauvres 3PO et Chewie sont trimballés comme des singes en cage pour faire croire aux fans qu'ils pourraient potentiellement mourrir. Poe et Finn n'auront au final que très peu de choses à raconter alors qu'à la base, leurs archetypes étaient loin d'être mauvais, on les oubliera juste très vite. Ce pauvre Kylo Ren, lui, aura pu être l'étoile montante de ces films, mieux joué et écrit que tous, mais sera malheureusement victime de la gnagnatise aigue, maladie incurable qui nous fait survivre off screen aux chutes les plus terribles, embrasser la fille avant de mourrir ou bien même d'être gentil ou méchant parce que. Et Rey... certainement le pire personnage de cette licence. Des révélations bien pauvres en impact sur ses origines, des pouvoir puissants sans nécessairement être utiles et un tourment interne qui n'aura duré que quelques scènes déplorables. Une Skywalker ? Certainement, du moins si l'importance du nom de famille a une valeur pour vous quand vous allez voir Star Wars.

Cracher sur la cohérence la plus classique qui soit, renier 42 ans d'héritage sans prendre la peine de dissimuler le fiasco et continuer de sourire avec des dents pourries, voici ce que fait Disney encore aujourd'hui, proprio d'un Lucasfilm démoniaque en recherche d'amour après avoir fait la bêtise de trop.

On oubliera très vite ces films et les quelques enfants qui auront eu le malheur de grandir avec n'en garderont que les vilaines choses qu'ils pouvaient transmettre : un féminisme sauvage, une mise en déroute des principes même de la saga et une fragile facilité qui pousse le plus fan des fans à arrêter d'aimer Star Wars pendant longtemps.

A plus jamais postlogie infernale.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 541 fois
11 apprécient · 2 n'apprécient pas

GrievousLord a ajouté ce film à 9 listes Star Wars - L'Ascension de Skywalker

Autres actions de GrievousLord Star Wars - L'Ascension de Skywalker