Promesses, hommages, résurrection et retour d'une saga universelle et interstellaire

Avis sur Star Wars : Le Réveil de la Force

Avatar Mia_Landa
Critique publiée par le

Qu'attend-t-on d'un Star Wars ? À l'heure où on blâme ce septième opus pour son manque d’inventivité, accusant Disney de vouloir "Marveliser" la franchise jusqu'à des divertissements sans fond et sans âme, il est bon de reconsidérer Le Réveil de la Force comme le volet destiné à assurer une liaison pour le moins délicate et à inscrire l'univers Star Wars au sein d'un nouveau cinéma de plus en plus critique.

L'esprit Star Wars dans le cinéma dernier cri : le respect d'un mythe

Ce nouvel épisode est indéniablement beau, et cet atout n’est pas à négliger, puisque c’est celui qui manquait aux épisodes précédents. La trilogie originale, même si elle conserve ce charme des débuts des effets spéciaux, commence à dater (sans jamais perdre de sa superbe cela dit). La prélogie, elle, semble tâtonnante quant aux visuels, et témoigne d’une époque à laquelle les cinéastes expérimentent, tentent afin de créer les effets spéciaux tels qu’on les connait aujourd’hui. Les esprits rêvent alors d’un opus au visuel véritablement maitrisé, sublimé par les nouvelles technologies que ses ancêtres ont contribué à perfectionner, et qui à présent ne connaissent plus de limite.

C’est donc lourd d’un visuel oscillant entre une beauté paisible et merveilleuse et une action fluide et agréable que ce Star Wars arriva sur les écrans. Il est doté d’un esprit qui diffère légèrement des épisodes précédents. En effet, alors que ses prédécesseurs étaient voués à agrandir, à développer, à créer l’univers Star Wars, Le Réveil de la Force est doté d’un certain respect envers les films originaux, il a une immense considération de ces œuvres et semble ne vouloir qu’une chose : les honorer. Il parait humble et modeste, consacré à ses ancêtres et à cet univers qu’il estime précieux au point de se refuser à le modifier ou à y mettre sa patte, et même de s’inspirer très largement de l’Épisode IV pour son scénario.

Certains y verront un manque de créativité, et penseront ainsi que c’est pour la facilité que Disney concevoir cet Épisode VII tel qu’il est. L’élément qui tranchera entre ces deux points de vue sera le huitième épisode de la saga, qui se doit à présent de prendre des initiatives, car l’hommage n’est pas une formule durable. Le public a de bonnes raisons d’attendre beaucoup de ce nouvel opus, car il déterminera si la saga Star Wars s’est "Marvelisée", si elle a été touchée par le conformisme sévissant à Hollywood, ou si elle est prête à renaitre, à réinventer, après un septième volet qui aurait servi de transition.

La place de l'originalité dans le cinéma moderne

L’originalité n’est pas gage de qualité, voilà une notion importante dans le cinéma actuel, et dont la réciproque s’applique à ce Réveil de la Force. Si un film qui innove est plus défendable aux yeux de certains, celui qui se contente de réitérer sans renouveler n’est pas forcément moins bon. En témoigne ce septième volet qui, en empruntant tous ses codes à ses prédécesseurs, finit par être franchement réussi. Considéré indépendamment de toutes ses influences, Star Wars VII est un très bon film d’un point de vue objectif.

Le retour des légendes et l'approche de la relève

Pour les fans, c’est une joie de retrouver les acteurs de la trilogie originelle, vieillissant et portant avec eux les passions de toute une époque, un pan entier de l’histoire du cinéma. En apercevant Han et Chewie, on a l’agréable impression de retrouver de vieux amis, le sentiment tant recherché d’être chez soi, blottis au creux d’une saga qui berça notre imagination, qui éveilla notre esprit, qui laissera sur nous cette trace qui nous ramène à l’enfance, et qu’on sera heureux et émus de partager, plus tard, avec nos propres enfants, comme un héritage pur, précieux et innocent.

Star Wars VII possède cet esprit de nostalgie puissant, qui parvient à nous faire jubiler devant le retour d’anciens personnages à présent devenus de véritables mythes. Mais à ces légendes s’ajoutent de nouveaux protagonistes qui, forts des idées modernes qui ont traversé la société depuis 10 ans, parviennent pour certains d’entre eux à s’imposer.

On se tourne par exemple vers un stormtrooper, et on suit sa progression, alors que précédemment ces soldats n’avaient pas été présentés comme des humains mais comme des machines. Le personnage de Finn représente la rébellion contre un système qui endoctrine et recrute ses soldats très jeunes (élément qui rappelle beaucoup les jeunesses hitlériennes).

Le nouvel antagoniste, Kylo Ren, a dû être compliqué à mettre en place. Il s’agit en effet de succéder à Dark Vador, le plus grand méchant de l’histoire du cinéma aux yeux de beaucoup, et il est intéressant de remarquer que la prélogie n’avait pas eu ce problème puisqu’elle était entièrement dédiée au seigneur Sith. Disney opte pour une inspiration ostensible du grand Vador, qui est expliquée par le culte que voue le jeune homme à la légende de l’Empire. Le personnage de Kylo Ren reflète en réalité le film entier, puisque certaines de ses caractéristiques sont empruntées à d’autres personnages, alors que d’autres sont inédites. Par exemple, l’attrait du jeune antagoniste pour le côté lumineux de la Force (comme l’a si justement remarqué Yorkan) ajoute à la complexité du personnage en appuyant sur la confrontation qui se joue au sein de son âme et de sa conscience. Cette inspiration de Vador est à la fois pour Disney la solution la moins ambitieuse mais également la moins hasardeuse, un choix sûr pour la création d'un personnage qui ne s'avère pas aisée pour autant.

Rey, entourée de mystère, crée beaucoup d’attente pour le prochain épisode, et c’est ce que Le Réveil de la Force s’emploie à faire par sa trame ainsi que son cliffhanger. Chargé de promesses, il tend à s'engager, très tôt, à faire mieux lors de l'Épisode VIII, au moins quant au scénario qui reste en grande partie du déjà-vu dans Un Nouvel Espoir.

Épisode controversé du fait du rachat de la franchise par le studio aux grandes oreilles (et de l'aversion quelquefois aveugle à l'égard de Disney), Le Réveil de la Force peine à s'imposer dans le cœur de certains fans du fait d'un certain manque d'ambition et de personnalité. Hommage ou plagiat ? Star Wars VII peut être vu comme un intermédiaire, une mise au point, un point de suture encore douloureux selon un public de plus en plus intransigeant, ou comme un hommage voué à la trilogie originale et un divertissement réussi. Une promesse pour l'avenir de la saga, qui vit une renaissance dont elle a besoin afin de marquer encore nombre de générations : c'est ainsi que je souhaite considérer cet opus qui ranima mon cœur d'enfant et fit briller des étoiles au fond de mes yeux.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1071 fois
30 apprécient

Mia_Landa a ajouté ce film à 1 liste Star Wars : Le Réveil de la Force

Autres actions de Mia_Landa Star Wars : Le Réveil de la Force