Un nouvel espoir

Avis sur Star Wars : Le Réveil de la Force

Avatar Ghostt
Critique publiée par le

Encore un mec de plus qui fait une critique sur le dernier Star Wars, vive l’originalité… Et pourtant je ne voulais pas le voir. Bon si peut-être un peu quand même. Ceci dit j’en avais peur. Peur qu’il martyrise et malmène mon enfance et mon innocence une fois de plus, comme l’on fait les deux premiers volets de la prélogie de cette saga. Enfin surtout l’Episode 1. D’ailleurs depuis pour moi mettre Dark Maul, Jar Jar Binks et Jake Lloyd ensemble dans une majeure partie d’un film, c’est devenu une sorte de combo démoniaque. Navet assuré.
De plus la bande annonce de ce nouvel opus ne me disait rien qui vaille, et si je l’avais mis dans mes envies, c’était simplement pour constater l’étendue des dégâts, un jour dans un futur lointain, très lointain.

Sauf que je suis projectionniste bénévole et en ce samedi 19 décembre 2015 le devoir m’appelait. Et cette semaine dans mon cinéma associatif on ne passe qu’un seul film qu’on ne passera plus après (les distributeurs et leur logique…) : Star Wars : Episode 7. Me voilà coincé. En plus je passe une semaine particulièrement merdique, où j’y enchaîne les désagréables surprises et les déconvenues, mais bon ça sort du sujet premier de cette critique. De plus ma vie on s’en fout un peu à la limite (bon ok pas qu’à la limite). Tout ça pour dire que cette semaine, je n’avais vraiment pas besoin de voir mon enfance et mon innocence voler en éclat une fois de plus…

La séance commence. C’est celle de 14h30, et la salle, même si davantage pleine que je ne l’aurais pensé, ne l’est en fait pas tant que ça. Cela me permettra un visionnage dans de bonnes conditions. C’est toujours ça de gagné. Le générique et le morceau si connu de John Williams retentissent. Mon cœur bat la chamade. En mon for intérieur, telle une faible lueur, je me mets à avoir l’infime espoir que l’on nous offre un film de qualité, puis me souviens aussi de critiques parlant de beaucoup de ressemblance avec l’Episode 4. Je craints la pâle copie de ce dernier. Du coup la peur envahit majoritairement mon cœur, et le fait sombrer dans le côté obscur. Pour ce début de film.

Certes ce volet est assez proche dans sa construction scénaristique de l’Episode 4. Parfois même on peut regretter qu’il soit un peu trop proche de ce dernier, toutefois il l’est moins que je ne le craignais. En tout cas à côté il nous offre, non seulement une nouvelle palette de planètes toutes plus appréciables les unes que les autres, mais aussi une palette de personnage qui me vendent du rêve par cargaison. Non j’exagère. Mais on n’est pas loin de la réalité. Leur développement est très appréciable, et les affaires de familles sont très bien traitées. Des écueils faciles et prévisible suites aux références aux anciens volets sont également intelligemment esquivés pour notre plus grand plaisir, et ce n’est pas Han Solo qui me contredira. Le tout avec une réalisation se chargeant de graver de très belles images dans nos rétines.

Je ne me se sens pas coupé en deux, (les vrais, enfin ceux qui ont vu le film, comprendront la référence, pour les autres, je dis ça je dis rien, mais vous ratez quelque chose, je n’en dirais pas plus, car le spoil c’est mal…) ce film ne m’obscurcit pas le cœur. Finalement grâce à ses qualité, on peut même dire que sa force éclaircit mon cœur, apaise mes peurs et mes craintes, préserve mon enfance et mon innocence, (enfin le peu qu’il puisse m’en rester…) et agit tel un baume de courte durée dans ma semaine pourrie. J’en redemande.
Tant et si bien qu’au sortir de cette séance, je tenais à écrire quelques mots pour exprimer mes émotions face à ce film. Voilà c’est fait. On me propose de le revoir, c’est avec un plaisir non dissimulé que je ne dis pas non. Très agréablement surpris alors que je n’y croyais presque pas. Je n’en demandais pas tant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 261 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Ghostt Star Wars : Le Réveil de la Force