Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Comme un air de déjà vu (encore)

Avis sur Star Wars : Les Derniers Jedi

Avatar Nerayen
Critique publiée par le

Le Réveil de la Force avait su et pu jouer sur la fibre nostalgique pour cacher ces défauts pourtant évidents. Nous l'attendions depuis de nombreuses années, nous étions consentants et on préférait se laisser emporter par nos émotions des retrouvailles plutôt que nous attarder sur le fait qu'on nous resservait paresseusement le même déroulement et la même histoire que l'épisode IV.

Les Derniers Jedi arrive alors que nous avons un peu retrouvé notre esprit critique et nos attentes vis à vis de cette nouvelle trilogie. Nous sommes prêts à lui laisser sa chance, pour peu qu'il propose quelque-chose de novateur dans cet univers que nous adorons tant. Et nous savons que c'est possible, pour preuve le très bon Rogue One sorti un an plus tôt, qui avait su parfaitement s'insérer dans les histoires originelles tout en abordant des thèmes faisant résonance avec notre monde actuel.

Déjà-vu, déjà-fait

Malheureusement, Les Derniers Jedi tombe comme Le Réveil de la Force dans l'écueil du déjà-vu, déjà-fait. Certes on sent qu'il essaie de nous surprendre, de nous prendre à contre-pied. Mais il le fait n'importe comment, pour ne pas dire de manière grossière, et pas vraiment dans la direction qui aurait pu nous séduire.
On a donc l'impression de voir un mix de l'Empire Contre Attaque et Le Retour du Jedi, avec des scènes directement empruntées (plagiées ?) à ces deux films et disposées dans un ordre différent. Et c'est très agaçant d'avoir ce sentiment d'être tout le temps renvoyé dans le passé, tel un fantôme qui plane. C'est d'autant plus frustrant qu'on voit qu'il y a des tentatives, des thèmes nouveaux (très légèrement) survolés mais pas approfondis. On veut surprendre mais il ne suffit pas de changer le dénouement d'une scène déjà tournée il y a 40 ans pour innover :

Rey (Luke) se rend à Kylo Ren (Vador) dans l'idée de le retourner. Elle (il) se retrouve dans un ascenseur menotté(e), en route pour rencontrer le Leader Suprême (Palpatine). Ce dernier compte l'utiliser, la (le) torture, et lui montre ses potes rebelles se faire laminer par l'Empire. Kylo (Vador) fini par se rebeller et tuer son maître. ATTENTION, c'est là qu'il y a une subtile nouveauté : l'apprenti méchant, au lieu de se repentir et devenir gentil... reste méchant !

Cette absence d'originalité au niveau de l'histoire n'est en plus pas aidée par la pauvreté de la mise en scène. Où sont les moments épiques normalement propre à ce genre de film ? Encore une fois, on pioche dans le déjà fait pour nous le resservir, en moins bien. Pourquoi utiliser un cadre qui nous rappelle la fantastique bataille de Hoth

pour amorcer un affrontement final tant attendu ?

Pourquoi nous ramener encore dans le piège de la comparaison alors qu'on a l'occasion de montrer de nouvelles choses ?
S'il y avait une scène de siège à placer dans le cahier des charges, n'y avait-il rien de mieux à faire ? La bataille du Gouffre de Helm, c'était il y a 10 ans, et ça avait une autre gueule niveau mise en scène et tension !

Au milieu de tout ça, il y a quand même quelques coups d'éclats qui nous font retenir notre souffle.

La perception commune entre Rey et Kylo Ren et le sacrifice de Holdo, notamment. La visite de Rey dans la caverne maléfique part sur de bonnes base, mais tombe un peu à plat...

Mais n'avons-nous pas le droit d'exiger un peu plus que cette paresseuse resucée ? En 2017, n'est-il pas possible de faire quelque-chose de différent, et pas seulement de mettre un habillage moderne sur des choses imaginées il y a 40 ans ? Bref, de voir un minimum d'imagination dans le scénario, et d'audace dans la mise en scène.

La guerre des clowns

Autre point particulièrement irritant : l'humour. Distillé avec une rigueur de métronome, à tout va, et n'importe quand. Un moment de tension dramatique ? Surtout pas, on va tout mettre en l'air pour un bon mot ! Les méchants ne font pas peur, ils sont tournés en ridicule. Ne parlons même pas du définitivement insupportable Finn.
L'humour était bien présent dans la trilogie originelle, mais à petit touches opportunes, au travers de personnages dont c'était un trait de caractère (Solo évidemment, C3PO malgré lui). Là on a l'impression de voir un cahier des charges s'étaler sous nos yeux, sans prendre en compte l'essence de l'univers.

Pour finir sur une note un peu moins virulente, Mark Hamill, Carrie Fisher, Daisy Ridley et Laura Dern sauvent par leurs interprétations ce qui peut être sauvé. Ils vivent entièrement leur personnage, et arrivent à leur apporter une subtilité qui manque grandement par ailleurs. Et c'est bien par ce seul biais qu'un minimum d'émotion passe. C'est malheureusement trop peu.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 72 fois
Aucun vote pour le moment

Nerayen a ajouté ce film à 1 liste Star Wars : Les Derniers Jedi

Autres actions de Nerayen Star Wars : Les Derniers Jedi