Avis sur

Starship Troopers

Avatar GrainedeViolence
Critique publiée par le

Starship Troopers est un cas atypique, un truc insensé, une œuvre que personne n’a essayé d’égaler ou même d’imiter.

Le film est tiré d’un roman Robert A. Heilein, Etoiles, garde à vous !, succès littéraire et épopée guerrière aussi grandiose que controversée à cause de son caractère réactionnaire. Dans le film de Verhoeven, les humains déclarent la guerre aux Arachnides (sortes de sauterelles extra-terrestres géantes et ultra-violentes) sous un prétexte qui sent bon les armes nucléaires en Irak. Le service militaire y est d’abord détaillé, et c’est l’occasion d’observer de beaux spécimens d’êtres humains comme Casper Van Dien et Denise Richard offrir corps et âme à leur mère patrie la Terre, cette merveilleuse planète que peuple la race supérieure du bipède. Ensuite, c’est la guerre, et sans pitié : Starship Troopers, c’est très gore, plus que Robocop qui en tient déjà une couche.

La guerre et toute sa barbarie, comme dans The Deer Hunter ou dans Apocalypse Now. Mais l’ambigüité morale de Starship Troopers en fait un film beaucoup plus complexe. Dans Starship Troopers, Terrien rime avec Aryen. Alors forcément, on est loin de l’élan humaniste des grands films de guerre. De jeunes et beaux militaires endoctrinés s’en vont crever de l’alien, cette saloperie d’espèce qui ne devrait pas avoir le droit de vivre. Un bon Arachnide, c’est un Arachnide mort. Sounds familiar ? Les comédiens, choisis pour avoir exposé leurs jolies trognes dans des sitcoms débiles, ont des dents bien blanches, des yeux bleus et une plastique de rêve. Des bons WASP bien élevés qu’on croirait sortis de 7 à la Maison. Mais le véritable coup de génie de Verhoeven, ce qui rend le film réellement inclassable, c’est son angle de vue.

Starship Troopers, c’est un pamphlet contre le fascisme et le totalitarisme ? Oui. Mais non. Film d’action décérébré et calibré MTV, Starship Troopers se savoure comme un plaisir très coupable, une série Z débile pour ados lobotomisés. Sa brillante satire provocatrice, Verhoeven l’a réalisée en se mettant dans la peau d’un Michael Bay (Armageddon) ou d’un Roland Emmerich (Independance Day) pour en faire un faux objet de propagande fasciste. Ce n’est pas un nanar assumé, ce n’est pas un film d’action idiot, ce n’est pas un film de guerre auteuriste, mais en fait si, c’est un peu tout ça en même temps, et pas du tout : on s’y perd, et c’est délicieux. Les acteurs, tous très premiers degrés, semblent persuadés de jouer dans Pearl Harbor, ce genre de merde mortellement sérieuse, alors que Verhoeven est plutôt dans l’esprit Docteur Folamour. De là à penser que Casper Van Dien et les autres n’ont pas compris dans quel film ils jouaient et que Verhoeven s’en délectait, il n’y a qu’un pas qu’on a très envie de franchir. Un peu comme des soldats qui partiraient au bout du monde en croyant sauver le monde libre alors qu’ils ne sont là que pour le pétrole. Starship Troopers est un film politique qui va très loin.

Bien sûr, tout le monde a été largué. Pensez bien que quand les héros tueurs d’aliens débarquent avec leur tronche de niais et leurs uniformes nazis, les critiques ont buggé. D’où cette glorieuse réputation de « film fasciste » que l’œuvre se coltine encore aujourd’hui (enfin faut pas déconner, y’en a plus beaucoup qui pensent ça).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 306 fois
5 apprécient

GrainedeViolence a ajouté ce film à 1 liste Starship Troopers

Autres actions de GrainedeViolence Starship Troopers