👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je n'ai pas le courage de critiquer "Steve Jobs", que j'ai globalement beaucoup apprécié. Je veux juste faire une remarque qui m'amuse beaucoup…
Aaron Sorkin a eu une excellente idée : au lieu de faire un vrai biopic sur Steve Jobs, il fait un film segmenté en trois temps, trois temps qui se déroulent juste avant le lancement d'un nouveau produit Apple (ou pas Apple…). Ça ne l'empêche pas de vouloir parler de Steve Jobs, et surtout d'aborder toutes sortes d'enjeux dramatiques et de lancer des questionnements divers autour de Steve (et oui, parfois je l'appelle par son petit nom) et d'Apple.
Steve Jobs est plutôt dépeint comme un connard, autant le dire franchement, et pourtant, l'équipe du film se débrouille pour le faire apparaître humain malgré tout au cours du film.
La scène inaugurale est géniale pour deux raisons, non, disons trois :
- le sentiment d'urgence alors qu'il y a un truc qui déconne, on ouvre le film avec tout de suite une grosse tension et une super musique pour aller avec ça
- il y a donc un truc qui déconne, et Jobs réclame que ce soit absolument réparé avant le démarrage de la présentation. Il finit par menacer l'ingénieur de l'humilier publiquement s'il n'arrive pas à trouver une solution…
- on apprend qu'il faut des outils spécifiques pour ouvrir les machines Apple. On aborde donc dès la première scène le caractère complètement cloisonné des machines Apple…
Plus loin dans le film, on continue d'aborder ce point avec ce passage flash-back où Steve Jobs insiste pour n'avoir que deux slots (un pour l'imprimante, un pour le modem) sur l'ordinateur, alors que les ingénieurs ont obtenu qu'il soit possible d'en mettre bien plus : Steve Jobs, on le sait bien, n'est pas pour des ordinateurs qu'on puisse bidouiller, il veut le contraire. C'est très bien traité dans le film.
Il y a comme ça plusieurs choses qui parlent très bien de la marque Apple et de ce qui la constitue, même si le film se penche quand même vraiment beaucoup sur les relations entre Jobs et son entourage, et tout particulièrement sa fille, qu'il n'a pas reconnue à la naissance.

Là où je voulais en venir lorsque j'ai commencé à rédiger cette critique (finalement je suis un peu moins bref que prévu), c'est qu'il y a quelque-chose de très drôle dans le film, avec le recul : Aaron Sorkin, en concentrant son film en trois temps limités, tout en voulant traiter plusieurs enjeux dramatiques, se retrouve en quelque-sort à faire un précipité de biopic : Steve Jobs vit beaucoup de choses juste avant le lancement de ses produits !… Et à chaque fois, juste avant, il se retrouve à voir sa fille, Steve Wozniak et le personnage de Jeff Bridges (dont j'ai oublié le nom). C'est quand on y pense assez comique puisque complètement improbable, et en même temps c'est tout ce qui fait la qualité du film.
Petits trucs :
- Michael Fassbender ne ressemble pas du tout à Steve Jobs, mais on s'en fout complètement car le film ne recherche pas l'imitation, ni dans le maquillage ni dans le jeu. Ils ont tout à fait raison.
- Mention spéciale à Seth Rogen que j'ai beaucoup aimé en Steve Wozniak.

FlorianDuchesne
8
Écrit par

il y a 6 ans

2 j'aime

Steve Jobs
guyness
6
Steve Jobs

Inspiré d'effets réels

Le vrai point commun de tous les scénarios d'Aaron Sorkin ne se situe pas forcément là où on le croit. Dans chacune de ses œuvres emblématiques, il n'est en effet nul besoin de s'intéresser à...

Lire la critique

il y a 6 ans

64 j'aime

16

Steve Jobs
Velvetman
7
Steve Jobs

L'homme et la machine

Tout est une question de contrôle. Pour Aaron Sorkin, comme pour son personnage de Steve Jobs, le principal moteur de recherche est d’avoir la main mise sur un circuit fermé, une boucle qui se...

Lire la critique

il y a 6 ans

58 j'aime

1

Steve Jobs
JimBo_Lebowski
6
Steve Jobs

Produit innovant à l’ergonomie discutable

Trois petites années après le Jobs de Joshua Michael Stern voilà donc le nouveau biopic consacré au célèbre co-fondateur d’Apple, le projet avait déjà fait couler beaucoup d’encre comme chacun sait...

Lire la critique

il y a 6 ans

50 j'aime

2

Une mystérieuse mélodie - Mickey vu par..., tome 2
FlorianDuchesne
9

Une bonne BD de Mickey, c'est possible !…

J'ai envie de dire que contrairement à l'album de Lewis Trondheim et Kéramidas, on a ici un vrai scénario !… Ça parle d'ailleurs de l'exercice du scénario puisque Mickey écrit des films… Son...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

Porco Rosso
FlorianDuchesne
10
Porco Rosso

Un de mes films préférés ever

Porco Rosso, j'ai décrété que c'était mon film préféré d'Hayao Miyazaki. Je ne suis pas certain que ce soit son meilleur film : son meilleur film, c'est peut-être Mononoké, ou le voyage de Chihiro…...

Lire la critique

il y a 6 ans

6 j'aime

Star Wars - Les Derniers Jedi
FlorianDuchesne
7

mon avis à deux balles

Des réflexions en pagaille après avoir vu le dernier Star Wars (c'est très loin d'être une critique détaillée, c'est plutôt des généralités que j'avais envie de dire) : A LIRE APRES L'AVOIR VU JE...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime

2