Affiche Stoker

Critiques de Stoker

Film de (2013)

Entre érotisme et violence, mon cœur balance...

A croire que l'année cinématographique 2013 débute enfin avec le retour du Grand Chan-wook. Un retour colossal et cette fois ci au milieu de la populace ricaine car oui après Old Boy, Sympathy for Mr vengeance, Lady vengeance et Thirst (rien que ça c'est suffisant), le réalisateur sud-coréen piétine les états unis pour y poser fièrement son drapeau. Ok Wentworth Miller ton scénario m’intéresse... Lire l'avis à propos de Stoker

12 4
Avatar Lindor
9
Lindor ·

L'esthétisme glaçant du devenir adulte

Je ne me le cache pas, ce film fut ma première "claque" visuelle consciente. Jusque là je ne prêtais que peu d'attention à l'esthétisme des films, mais là, ça en transpire tellement par tous les pores qu'il est impossible de le louper : tout est froid, maitrisé, soumis. Et ça colle parfaitement au propos. Le film présente de multiples propos, tel la transition de l'enfance à l'âge... Lire la critique de Stoker

6
Avatar TheLostPancake
7
TheLostPancake ·

Simplement au bout du cynisme

Premier film anglo-saxon et même hollywoodien du coréen Park Chan-Wook, auteur de Old Boy et JSA. Après sa contribution controversée aux films de vampire via Thirst, il réalise un conte morbide, où Sade et Nietzsche se réunissent en souscrivant à une certaine sobriété, afin de mieux s’épanouir pour une sorte de Psychose chic et lucide. Le film et ses habitants sont très terriens dans ce qu’ils... Lire l'avis à propos de Stoker

6
Avatar Zogarok
8
Zogarok ·

Un érotisme pervers

Un film qui m'a laissé perplexe. D'un point de vue scénaristique, j'avais envie de le détester, de le haïr, de le piétiner. Je n'arrivais plus à réfléchir, j'avais l'impression d'avoir été humilié, j'ai cru à un scénario tellement majestueux que ma déception a été majestueusement grande. Avec un peu de recul, j'ai compris que la beauté de ce film ne résidait nullement dans son scénario mais... Lire l'avis à propos de Stoker

6 1
Avatar Sons J
8
Sons J ·

Critique de Stoker par EIA

Je suis allée voir Stoker un peu parce que j'avais vu mes "films au programme" et un peu parce que j'étais curieuse de voir ce que pouvait bien cacher la jolie tête de Wentworth Miller, ici scénariste. Et pour ce qui est du scénario, je ne m'attendais pas du tout à ça. Le film est un thriller aux accents pervers sans être tout à fait glauque, il donne la part belle à son actrice principale, Mia... Lire l'avis à propos de Stoker

6
Avatar EIA
6
EIA ·

La jeune fille et la mort.

Park-Chan Wook goes to America. Comme cela semble être désormais le credo de tout bon réalisateur asiatique connu. Stoker, donc. Un scénario de Wentworth Miller, le gars de Prison Break. Ne jugeons pas. Ne jugeons pas. Si, jugeons. C’est là la racine même du problème de Stoker (en dehors de l’interprétation «pas (forcément) glop» - hello les magazines féminins – de miss Kidman) : son scénario.... Lire l'avis à propos de Stoker

6
Avatar Oswald 雷雷雷
6
Oswald 雷雷雷 ·

Sommes-nous les morts qui naissent ?

Le langage « cinéma » tel que nous le consommons avec les yeux et les oreilles est fait de la langue et des dents de la morsure de la pensée qui nous travaille au plus inconscient et nerveux de notre pseudo-vie en un voile, un ruban, aujourd’hui un algorithme de cette jouissance irrépressible et inavouée depuis toujours dans le profane relationnel de notre quotidien : le savant calcul pour un... Lire l'avis à propos de Stoker

8
Avatar Aurelien-Real
4
Aurelien-Real ·

Critique de Stoker par Teklow13

Dès les premiers plans j’ai eu très peur, puis j’y ai cru, le film fait illusion pendant un moment et devient plaisant, mais au final c’est non non non. Le travail de Park Chan wook m’a toujours plu et intéressé, sa virtuosité assumée, son humour noir, son grotesque, et la dimension pathétique qui émane de chacun de ses films. Mais là non. Je ne vois que l’effet chic choc, l’image ultra léchée,... Lire la critique de Stoker

14
Avatar Teklow13
3
Teklow13 ·

A Partner in Crime

On sait depuis The Virgin Suicides, au moins, à quel point il est compliqué d'être une jeune fille en fleur. De vivre de son rapport avec sa mère, de voir poindre les premiers hommes de sa vie. C'est la triade classique, celle qui nourrit les fantasmes à défaut de nourrir le féminisme, celle qui régit aussi la vie d'India, crypto-gothique de dix-huit ans, laissée à fleur de peau suite à la mort... Lire l'avis à propos de Stoker

4
Avatar Clément en Marinière
8
Clément en Marinière ·

Attention, mise en scène à couper le souffle !

Quand le charme et la violence du cinéma asiatique de Park Chan-Wook rencontrent le monde hollywoodien, ça donne ça : Stoker ! Je l’avais redouté, je l’avais attendu, je l’avais espéré, et ne me voilà point déçue. N’ayant vu auparavant qu’Old Boy du réalisateur, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre, juste que la bande annonce était exquise : Entendre Death in vegas, apercevoir une jeune... Lire la critique de Stoker

5
Avatar Eleanor Rigby
7
Eleanor Rigby ·