👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je ne suis pas un grand fan de Park Chan-Wook. Sa trilogie de la vengeance ne m'a pas trop plu. J'ai par contre bien aimé JSA. J'avais donc de l'appréhension en abordant "Stoker" ; j'avais peur que ce soit bourré d'effets de style comme dl'auteur les affectionne.

Malheureusement, on n'y échappe. Des effets de style, y en a des masses. Et j'aime toujours pas. Alors oui, Park Chan-Wook réfléchit à ses mouvements, à ses plans, à son montage (qui rappelle du Peckinpah par ses nombreux flash forwards), mais souvent on se dit qu'il aurait pu faire plus simple, que ses mouvements sont surtout une façon d'en foutre plein les yeux. Sur le premier tier du film, où il ne se passe pas grand chose, c'est très irritant. Après quoi, la narration se densifie et prend le dessus, même s'il reste toujours ici et là des passages formels très techniques.

Puis j'ai beau trouver son travail de la caméra un peu prétentieux, il faut tout de même bien avouer qu'il reste le digne successeur des chef op' des années 40 : un jeu d'ombre, un jeu de mise au point, des travelling qui paraissent louds (la caméra n'est pas virevoltante comme dans un Terrance Malick). Et tout ça, c'est beau. C'est horriblement chiant au niveau de l'histoire, au niveau du rythme, mais pris à part, c'est juste beau.

L'histoire est intéressante. Je n'en attendais pas autant de la petite vedette de Prison Break. Il y a tout d emême quelques points faibles : une histoire qui démarre trop tardivement, un flash back un peu maladroit et une fin un peu trop adolescente. Pour un peu, je me suis dit qu'avec "Stoker", il n'était plus nécessaire de remaker "Carrie". Autrement dit, durant les 2/3 du film, il règne une ambiance un peu fantastique ; le retour à la vie réelle passe difficilement (quand je disais que le flash back était maladroit) ; la fin qui annonce à nouveau un basculement dans le fantastique amène un sentiment de non assumé ou bien de cul entre deux chaises.

Bref, "Stoker" souffre de quelques effets visuels de trop ainsi que de quelques scènes maladroites dans l'écriture, mais globalement c'est beau, c'est intriguant et la métaphore sur le passage à la vie adulte marche plutôt bien.
Fatpooper
7
Écrit par

il y a 9 ans

5 j'aime

2 commentaires

Stoker
guyness
7
Stoker

Vin d'été pour une vendetta

Il est extrêmement simple de détester Stoker. Il y a en effet une telle débauche d'idées visuelles, une telle surenchère de mise en scène, de montage, d'esthétisme (y a qu'à voir le générique) pour...

Lire la critique

il y a 9 ans

68 j'aime

11

Stoker
Pravda
3
Stoker

Park Chiant-wook

SPOIL(S) INSIDE Park Chan-wook filme bien, sait choisir ses cadres et associe les couleurs avec maestria... le souci, c'est qu'il le sait, le bougre. Trop. C'est ultra-maniéré, tape à l'oeil et,...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

12

Stoker
KingRabbit
8
Stoker

Une excellente comédie

Il y avait à peu près tous les éléments pour me rebuter et ne pas me donner envie de voir ce film dans les critiques négatives : - La nouvelle vague coréenne vampirisée par hollywood : des créateurs...

Lire la critique

il y a 9 ans

46 j'aime

3

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

99 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27