La dramaturgie des patates qui tombent au ralenti

Avis sur Sucker Punch

Avatar Baybrick
Critique publiée par le

Quel enfer !

Je savais que c’était mauvais, je l’avais aimé quand je n’avais pas de goût car ça se la jouait, ça se voulait « cool ». Je l’ai revu dans l’unique optique de contenter un sentiment de plaisir coupable, mais en fait c’est juste tout chiant et tout vert.

Déjà que Snyder ne pige que dalle à ce qu’il adapte quand il fait Watchmen, Batman ou Superman, quand il fait ce truc sensé être original (mais qui pompe tellement à droite à gauche que les putes du coin n’en trouvent plus de boulot) rien ne tient debout.
Le principe même du film n’a absolument aucun sens, du moins le montage et la mise en scène n’arrivent jamais à y faire croire, il ne suffit pas de faire un ralenti sur des patates qui tombent pour créer quoique ce soit.

On a une sorte de compte moral qui nous fait du Inception sans jamais avoir l’intelligence de correctement introduire son concept. Au départ c’est un espèce de truc métaphorique dans lequel des jeunes femmes amadoueraient des types en dansant pour récupérer des objets comme dans une quête de jeux-vidéo, ce qui est métaphoriquement traduit par la guerre des tranchés, un truc médiévalo-fantaisiste et un univers de SF à la Tron ou I. Robot et puis après ça serait sensé être un drame sur la folie…
Sauf que tout ça est totalement con et que surtout on ne les voit littéralement jamais danser, on ne les voit jamais amadouer, du coup on n’y croit absolument pas. Et puis la dernière partie c’est vraiment n’importe quoi, on ne sait pas si c’est la réalité ou non, Snyder veut jouer sur ça, enchaine les incohérences, les twists grossiers qui se veulent intelligents, il n’est pas Lynch, c’est juste con…

Je sais bien que Snyder veut faire son délire de geek régressif, mais là c’est prétexte à un truc prétentieux, qu’il fasse son délire avec des poupées en petites tenus faire des trucs de G.I., soit, qu’il n’essaye pas d’y caler un propos au chausse pied, c’est juste insupportable et ça fait passer son film de nanar de frustré à purge indécente.

Et puis si les séquences d’actions étaient bien encore je serais certainement moins regardant, mais là c’est la mort absolu de l’intérêt. Soit c’est du dégueulis numérique, soit c’est du vu et revu avec un peu de shaky-cam pour faire genre qu’il y’a un projet de mise en scène mais surtout un montage qui ne rend pas compte d’un quelconque impact. La partie dans les tranchés n’est pas la pire, mais après il y n’a même pas de contre-champ pour voir contre qui se battent ces femmes, juste un plan circulaire tout nul ou on les voit tirer, c’est d’un chiant…

Et puis tout ces ralentis ne servent strictement à rien, c’est juste pour faire le kéké, ça ne rend pas les séquences d’actions plus impressionnantes puisque le montage est déjà chiant, qu’il y’en a trop et qu’ils sont utilisées n’importe comment, genre pour filmer des patates qui tombent.

Et le pire c’est cet espèce de ton ultra sérieux ou Emily Browning chante Sweet Dreams de Manson (dans le genre cliché gothique débile il n’y’a pas mieux), on ou voudrait dénoncer le patriarcat, les institutions, alors que tout est débile, tout est traité pour faire un plan au ralenti cool et que ça ressemble à un clip d’Evanescence. Le propos ne se résume qu’à de la posture, c’est juste boursouflé et prétentieux…

De la merde en barre et un des pires films que j’ai vu depuis longtemps, au moins depuis Joker…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 83 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Baybrick Sucker Punch