L'oeil venu d'ailleurs

Avis sur Sur le globe d'argent

Avatar stebbins
Critique publiée par le

Une oeuvre de cinéma unique. La destinée chaotique de Sur le globe d'argent constitue rien qu'à elle seule un formidable film : une oeuvre maudite, inachevée, dont le tournage fut interrompu puis repris une dizaine d'années plus tard Sur le globe d'argent exerce sur le spectateur un authentique pouvoir de fascination. Un objet paroxystique, cumulatif, délirant mais également redondant, pénible et lénifiant. Andrzej Zulawski signe une oeuvre située entre le chemin de croix et l'élévation de l'âme, à mi-chemin entre le pensum et la transe cinématographique. 160 minutes qui provoquent un peu tout et son contraire, à la fois ennuyeuses et sidérantes, pénibles et obsédantes, hypnotiques et agaçantes. Une oeuvre à part dans la carrière passionnante de feu Zulawski, qui ménage les paradoxes de séquence en séquence, tout en s'affranchissant d'une appartenance quelconque à un genre préétabli. Sur le globe d'argent ou l'OVNI filmique par excellence.

Toute l'aventure de cette oeuvre hors-normes semble apparemment tenir place sur un continent nouveau, insituable, éclairé par une lumière bleuâtre, physiquement lunaire. Une étrange expédition vient d'y atterrir ( sont-ils cosmonautes ? Conquistadors ? Simples aventuriers ? ), expédition dont l'objectif paraît difficilement déterminable. Quête métaphysique, conquête extra-terrestre, reconquête de Soi et de Dieu... Le film échappe totalement à notre discernement rationnel, tant est si bien qu'il est pratiquement impossible d'en identifier les thématiques, les tenants et autres aboutissants. Un personnage néanmoins se démarque : une caméra tenue par l'un des chercheurs, captant et absorbant tel un filtre ce réel mirifique mais déroutant. Pas véritablement subjective ( dans la mesure où elle n'a pas la prétention d'être le substitut d'un oeil humain ) la caméra-monde de Sur le globe d'argent annonce, quelques années avant le calamiteux Cannibal Holocaust, les prémisses du found footage.

Viennent ensuite de longues séries de cultes animés par d'étranges tribus, des sacrifices, des confrontations, des guérillas échappées de nulle part : le film devient laborieux, souvent hermétique dans sa portée narrative mais suffisamment évocateur visuellement pour nous captiver a minima. Le réalisation de Andrzej Zulawski, particulièrement inventive et impressionnante, propose à chaque seconde un éclat de cinéma, notamment dans l'utilisation très moderne du jump-cut. On devine un semblant de science-fiction, mais c'est davantage la force poétique du film de Zulawski qui perdure au fil des images. Perméable - sans doute en raison des déboires vécus par l'équipe technique et par le cinéaste lui-même - le récit reste une matière première tour à tour ambitieuse et nébuleuse, ne devant aucunement représenter l'essentiel pour le spectateur vierge de toute information. Perdue entre passé, présent et futur Sur le globe d'argent est une oeuvre comme en-dehors du temps, privilégiant ses nombreux mystères comme autant de cryptes et de souterrains inexplorés jusqu'alors...

Voilà donc un film difficile, peu commode mais d'une densité visuelle peu commune. Une expérience singulière totalement folle et imparfaite qui fascine autant qu'elle rebute. En espérant que cette épopée filmique soit réhabilitée un jour futur, ne serait-ce que pour la (re)vivre dans une salle obscure. Incroyable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 314 fois
1 apprécie

Autres actions de stebbins Sur le globe d'argent