👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

L'emphase avec Amore, la vacuité avec A bigger Splash, la sensibilité avec Call me by your Name. Et Suspiria, au-delà de son statut de remake du film culte d'Argento ? Comme une combinaison de ces différentes caractéristiques, un grand film malade comme on le dit de ces métrages ratés en grande partie mais fascinants par leurs incohérences et leurs lacunes. Certains s'amuseront à comparer ce Suspiria de 2018 avec l'original mais le film de Guadagnino est une relecture très personnelle et digressive où le thème central semble contaminé par l'ambiance délétère d'une Allemagne traumatisée par la bande à Baader et la culpabilité des années du Reich. Le salmigondis qui tient lieu de scénario a pourtant des séductions mortifères une fois assimilé le fait que ce trip lorgne autant du côté de Fassbinder que de Black Swan. Un climat poisseux dans un Berlin coupé en deux et oppressant dans une académie de danse dirigée par des femmes aux allures de sorcières. Ce bal tragique culmine dans une dernière partie dont on ne sait s'il faut en frémir ou en rire et où le réalisateur se lâche totalement et gâche un peu toute l'aura de mystère et de fantasmes qui régnait jusqu'alors. Dans ce chaos perturbant, les actrices ont bien du mérite à s'imposer mais elles sont impeccables de Dakota Johnson à Chloé Grace Moretz, de Mia Goth à Tilda Swinton, dans un double rôle. On est très heureux de retrouver Angela Winkler, qui n'a pas changé depuis des années, et un peu moins Sylvie Testud et Ingrid Caven, à peine reconnaissables.

6nezfil
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Au fil(m) de 2018

il y a 3 ans

Suspiria
Velvetman
8
Suspiria

The Suspirium Dance

Ô combien périlleuse est l’idée du remake. Les tentations sont nombreuses. Se servir du matériel de base, s’aventurer dans des zones ombrageuses ou alors s’assoir dans une zone de confort pour faire...

Lire la critique

il y a 3 ans

46 j'aime

1

Suspiria
mymp
5
Suspiria

Make a witch

Luca Guadagnino a l’air de vouloir s’amuser en alternant projets originaux et reprises de grands classiques. Après Amore donc, Guadagnino revisite La piscine (A bigger splash) façon glam et...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

Suspiria
HugoShapiro
8
Suspiria

Soupirer pour mieux respirer

Je ne donnais pas cher de la peau d'un remake de Suspiria. Bien que je le trouve sur-estimé pour ce qu'il est intrinsèquement, à savoir un bel objet cinématographique qui n'a rien à défendre au delà...

Lire la critique

il y a 3 ans

35 j'aime

3

The Power of the Dog
6nezfil
8

Du genre masculin

Enfin un nouveau film de Jane Campion, 12 ans après Bright Star ! La puissance et la subtilité de la réalisatrice néo-zélandaise ne se sont manifestement pas affadies avec Le pouvoir du chien, un...

Lire la critique

il y a 8 mois

61 j'aime

12

Mon inconnue
6nezfil
7
Mon inconnue

Relativité restreinte

Et si on supprimait les bandes-annonces des salles de cinéma ? Celle de Mon inconnue, outre le fait qu'elle dévoile copieusement tous les tenants et presque les aboutissants du film, en accentue la...

Lire la critique

il y a 3 ans

55 j'aime

9

Drunk
6nezfil
8
Drunk

Mélan(al)colique

Le problème de Thomas Vinterberg est d'avoir atteint un niveau très élevé dès son deuxième long-métrage, Festen, sans être capable de réitérer pareille performance par la suite, malgré quelques...

Lire la critique

il y a plus d’un an

51 j'aime