Trauma enivrant

Avis sur Sweet Girl

Avatar Smathy27
Critique publiée par le

Sweet Girl est le nouveau petit film d’action modeste estampillé Netflix. Si le film a d’office très peu de choses pour lui de prime abord, ce petit film de vengeance s’applique en glanant quelques points ici et là tout en promettant un divertissement honorable et une histoire qui nous investit pleinement. Ça raconte l’histoire de Ray Kelly et sa fille qui vont se faire justice eux-mêmes contre des big pharmas qui ont retardé la commercialisation d’un de leur remède alors qu’il était tout prêt bien au chaud balayant ainsi les espoirs des malades qui attendaient de pied ferme un miracle pour les sauver. Et vous savez quoi, la femme de Ray était de ceux-là. Dès lors, une traque se lance envers les responsables de la disparition de sa femme. 
Partant de ça, le film a tout pour être un film moyen et vous savez quoi c’est le cas. Scénario simpliste qui tente par de gentils petits rebondissements de maintenir son spectateur éveillé. Filmé sans réel savoir-faire, aucun cadre ni technique qui transparaît, ça n’éclate jamais la rétine. C’est très formel, trop basique, terne et sans vie. Cependant, on sent une réelle volonté et une envie de bien faire, qui nous explose à la gueule durant ces scènes d’action bien chorégraphiées, prenantes et bien retranscrites à l’image. C’est vraiment bon, on ressent le poids des coups et l’orchestration de la chorégraphie et le montage offrent des séquences de bastons absolument délicieuse car parfaitement lisibles. Aussi, même si la réa semble aux abonnés absents durant tout le reste du long-métrage, le réalisateur s’est appliqué à laisser des indices quand à l’unique vrai tout de force du nouveau produit de la plateforme : son twist fameux et renversant. 
Car oui, arrivant de nulle part, un twist nous assène un coup à la mâchoire. Difficilement prévisible car un peu tiré par les cheveux mais indiscutablement crédible, le tour de force vient surtout bousculé tous nos aprioris quant aux relations savamment tissées entre les personnages. Cette famille endeuillée et amputée nous touche, on se joint à leur lutte, on les comprend et faut dire que le classique coup du petit mec modeste qui va essayer de s’attaquer aux grosses et méchantes corporations à naturellement quelque chose du David contre Goliath qui reste toujours alléchant et prenant. C’est donc en renversant tout ce qu’il a forgé jusqu’aux dernières trente minutes que le film arrive à proposer un nouveau souffle à son récit. Fatalement tragique, puissamment enivrant, Sweet Girl prend tout son sens. Une femme maternisée par son père alors que c’est une combattante aussi chevronnée que lui, qui a la niaque et qui semble avoir quelques accès de violence à revendre et ces curieux bonds dans le temps en début de film étaient les clés pour s’apercevoir de la supercherie et du piège qu’on nous a installé à grands renforts de sentiments. C’est, convaincu que l’on est tombé dans le piège. Un petit film qui a gagné à être marquant, jamais brillant dans tout ce qu’il entreprend et souvent médiocre d’ailleurs, mais qui est porté par un réel sentiment d’application et d’implication qui vont sublimer ses bonnes idées. Convaincu !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 307 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Smathy27 Sweet Girl