Bon brisage de nuque d'Istanbul

Avis sur Taken 2

Avatar tigerblood
Critique publiée par le

Le premier Taken était sympa, une ode poétique au Krav Maga, à l’académie de torture Jack Bauer et aux fusils d’assaut soviétiques. C’était abusif mais franchement jubilatoire, malgré des valeurs sécuritaires un peu limite et un racisme digne des productions Golan&Globus . Ba non en Albanie, je suis quand même persuadé que l’on trouve autre chose que des trafiquants mal rasés, portant des pulls à croisillon, des vestes en cuir fatigué et des chaussures de montagne boueuse.

Cette croyance, Besson et son Yes Man Olivier Megaton, ne la partagent pas et nous le prouvent dès l’ouverture du film. On a des méchants Albanais pas contents que leurs frères d’armes aient subit autant de clé de bras et de pétage de nuque par Oscar Schindler sous testostérone. Du coup, VENGEANCE ! Ils vont tenter de le chopper lui et sa famille lors d’un séjour à Istanbul (qui se résume visuellement à La mosquée Sainte Sophie) pour le ramener en Albanie et le juger.

Partant de ce postulat, on ne s’attend pas à un remake des meilleurs films d’Ingmar Bergman, mais logiquement on s’en fout, le cocktail du premier, ça fera bien l’affaire.

Oui mais là non, Olivier Megaton s’en surbranle, c’est du grand n’importe quoi, un festival d’incohérence, une déclaration d’amour ouverte aux faux raccords, à la prise de de vue parkinsonienne. Le scénar n’a ni queue ni tête et les solutions trouvées par les protagonistes ne tiennent jamais la route. On a donc droit pêle-mêle à de la géolocalisation par grenade sur les toits stambouliotes (EH OH TOUT LE MONDE EST SOURD OU QUOI !), des téléphones à batteries infinies, une gamine qui a raté deux fois son permis aux USA (EPREUVE DUR LA BAS ! OUI J’AIME LE CAPSLOCK ET ALORS) et qui conduit comme Jason Bourne au milieu du Bazar de la ville, des bastons épileptiques sans lisibilité et un Big Boss qui passe son temps à glander dans un fauteuil au milieu d’un appart vide (pourquoi tu n’es pas resté chez toi à ce compte-là !). Bien sûr, tout ça n’est pas exhaustif, il y a encore plein de chose à relever mais vous aurez compris que c’est la débandade.

Bon au final j’ai bien ris, les productions Bessonniennes au huitième degré, ça reste toujours parfaitement digeste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 351 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de tigerblood Taken 2