Avis sur

Taxi Driver par RomainMalraux

Avatar RomainMalraux
Critique publiée par le

Beaucoup de cinéastes se sont inspirés de Taxi Driver, s'enfonçant parfois dans le pastiche plat et raté. En effet, à ce jour Taxi Driver demeure un monument indéboulonnable, que le temps n'érode pas et qui peut apparaître comme une oeuvre chimiquement pure, d'une rare profondeur.
Travis Bickle incarné (et le terme s'emploie à propos) par R. De Niro, est incontestablement un grand personnage de fiction, d'abord parce qu'on se persuaderait presque qu'il existe, d'autre par parce qu'il est un héros plus qu'attachant, et dont le romantisme naïf, presque simplet lui confère une grandeur d'âme que peu réalisateur n'ont réussi à insuffler à leurs personnages. C'est cette même naïveté qui le pousse à inviter la belle Betsy dans un cinéma pornographique, sans même y voir ce qu'il peut y avoir de surprenant ou d'inhabituelle, dirons nous...
Dans Taxi Driver, on arpente les rues d'un New York glauque et crasseux, où le crime et la délinquance coexistent et se confondent.
Par bien des aspects, Scorsese en créant le personnage de Travis Bickle nous donne à voir dans le même temps ce que serait un héros moderne, dont l'absurdité du quotidien, la lassitude du désordre et de la criminalité, l'absence de perspective le poussent à choisir la voie de le révolte intérieure. Durant le film, cette révolte inconsciente tend à devenir consciente ; notre héros refuse d'accepter les choses telles qu'elles se présentent à lui, et décide plutôt d'agir contre la pagaille régnante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 24 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de RomainMalraux Taxi Driver