👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Rêve crépusculaire ou cauchemar éveillé ?

Scorsese au bout du rouleau et cocaïné à mort nous sort ce qui pensait être son testament.

On va comme d'habitude couper court à toute discussion : non, ce n'est pas un chef d'oeuvre, et il faut arrêter de le considérer comme une vison obligatoire pour tout artiste torturé qui se respecte. Le fait que "you talk to me ?" soit rentré dans la culture populaire n'aide pas non plus. Qu'il soit classé comme film culte par des cons qui ne l'ont jamais vu encore pire.

Alors c'est quoi Taxi Driver ? Ce que vous voulez. Une plongée dans le Manhattan dégeulasse des 70's ? Une allégorie du Vietnam ? Une métaphore de la schizophrénie ? Une volonté de Scorsese de refaire la nouvelle vague française version américaine 20 ans après ?

Peut être tout ça ensemble. Mais se serait le prendre trop de haut, comme pour Night of the Living Dead, qu'on considère comme un pamphlet (encore) anti Vietnam et anti raciste (à juste titre avec le recul), ce que George A. Romero a toujours réfuté : il voulait juste faire un p*tain de film.

L'errance maladive d'un ex GI complètement antisocial, alcoolique, drogué aux médocs, PTSD de la guerre et devenu chauffeur de taxi dans la nuit new-yorkaise pour palier à son malêtre et sa solitude, qui se transforme en un monologue en voix off fasciste sans queue ni tête, et une plongée dangereuse dans l'assassinat d'une figure politique ou un massacre de masse prémédité. L'histoire moderne de l'Amérique au microscope.

Le scénario torché en quelques jours par Paul Schrader, la réalisation hallucinée de Scorsese, la BO aussi inquiétante que belle de Bernard Herrmann (dont c'est le dernier travail avant sa mort), le jeu possédé de De Niro... Le réalisateur a vraiment refait du Truffaut : à savoir emmerder les formats, les codes et les règles en nous les jetant au visage. Entre ces lumières rouges, bleues et vertes omniprésentes (spectres de lumières de la tv), la focalisation sur l'image (cinéma porno, l'antihéros qui casse sa télé, la scène du miroir...), ces zooms ou plans épileptiques, ce montage à l'amphétamine, le respects des codes académiques tout en les malmenant... C'est un attentat.

Et comme c'est du cinéma, il faut de l'action. Deux ou trois scènes pendant 2h. Puis le climax. Glauque, lent, halluciné, faux, ultra violent, avec ce sang rougeâtre qui repeint les murs... Et cette arrivée du flic avec le gros plan de son revolver (allusion à Hitchcock et son The Man Who Knew Too Much ou The Great Train Robbery que le réalisateur reprendra plus tard à la fin de The Goodfellas ?), et le travelling aérien qui révèle à moitié le studio... Puis cette fin qui remet tout en question....

A voir comme il est : une pièce essentielle du nouveau cinéma américain des 70's, et à apprécier maintenant en format remasterisé (même si il y a toujours le floutage de la scène porno au cinéma pour passer sous la classification X) et en VO, car croyez moi à l'époque, le voir en VHC pourri avec une image terne au possible, sans contraste, avec le son qui saute et la version doublée en français était une torture couplée avec une incompréhension.

Jaloud
8
Écrit par

il y a 4 mois

Taxi Driver
Gwimdor
9
Taxi Driver

La prostituée et le Chauffeur de Taxi. La Scorsese

"All the animals come out at night - whores, skunk pussies, buggers, queens, fairies, dopers, junkies, sick, venal. Someday a real rain will come and wash all this scum off the streets. " C'est par...

Lire la critique

il y a 7 ans

151 j'aime

3

Taxi Driver
DjeeVanCleef
10
Taxi Driver

Un Prophète.

On pourrait disserter des semaines sur les qualités de ce film, un pur chef-d’œuvre, peut être même le seul vrai joyau de Scorsese. Celui qui, sous mes yeux, dans mon cœur brillera pour des millions...

Lire la critique

il y a 8 ans

130 j'aime

25

Taxi Driver
JimBo_Lebowski
10
Taxi Driver

Le Solitaire

Mon expérience avec Taxi Driver a commencée dans une salle de cinéma de quartier il y a 15 ans, tout jeune lycéen ouvert à l'œuvre des Kubrick, Tarantino, von Trier et autres P.T. Anderson, j’étais...

Lire la critique

il y a 6 ans

125 j'aime

9

Tatiana Ventose : Lost in Translation
Jaloud
1

Vide intersidéral mais très dangereux.

Comment une jeune femme qui a une courte carrière dans l'éducation, a vaguement adhéré à un parti politique et a une diction insupportable se retrouve autant influente ? Les voies du Seigneur sont...

Lire la critique

il y a 12 mois

6 j'aime

Perdus dans l'Arctique
Jaloud
5

Si près du but...

Comme les héros de cette histoire vraie passionnante sur le papier, le film se plante un peu sur la fin... Le scénario sur l'abandon de deux explorateurs danois survivant dans une cabane et la...

Lire la critique

il y a 2 mois

5 j'aime

Sans répit
Jaloud
3
Sans répit

Et sans âme...

Je tiens à préciser que je n'ai pas pu voir le film coréen original, ne le trouvant sur aucune plateforme ou de bonne qualité en stream (Netflix n'allant pas programmer l'original d'une de ses...

Lire la critique

il y a 3 mois

4 j'aime