Un trajet en taxi pas comme les autres

Avis sur Taxi Téhéran

Avatar Esteka
Critique publiée par le

S’asseoir dans un taxi à Téhéran et observer les passagers qui se succèdent. Voilà ce que nous propose Jafar Panahi. Le film n'est pas un documentaire mais une docu-fiction. Cela m’a un peu gêné puisque le film est tourné comme un documentaire où le chauffeur (Jafar Panahi) immortalise des conversations, des situations inattendus dans ou autour de son taxi. Savoir que les scènes ont été rejouées par les personnes elles-mêmes ou par d’autres personnes enlève ce petit quelque chose qui m’aurait complètement plongé dans le film. Ce choix de docu-fiction est cependant indiscutable à mon sens pour ne pas mettre les « vrais » passagers en danger.

J'ai du mal à dire si ce film m'a plu ou non. Je n’ai pas été emballé par le film en lui-même mais plus par le contexte de sa réalisation. Jafar Panahi est en interdiction juridique de tourner mais semble obstiné à s’exprimer par le cinéma. La sortie du film est un acte de résistance et on le remarque tout au long du film ou plusieurs passagers échange sur la censure et sur ce qu’est un film « diffusable » en Iran. Pour le reste, j’étais en balade en taxi assis sur mon siège de cinéma : observatrice passive des passagers, du chauffeur et de ce qui se passait. Certaines paroles me replongeaient activement dans le film comme celles de la femme à fleurs, Nasrin Sotoudeh, qui joue son propre rôle et qui ose dire ce qu’elle pense dans un pays où la liberté d’expression n’est pas acquise.

En bref, Jafar Panahi nous emmène en taxi observer ce qu’il y a à voir au-delà de la censure. « Taxi Téhéran » est un film à voir au moins pour ce qu’il représente dans un contexte politique bien différent du nôtre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 518 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Esteka Taxi Téhéran