Le fils unique

Avis sur Tel père, tel fils

Avatar Forrest
Critique publiée par le

D’ores et déjà considéré comme un grand maître du cinéma japonais contemporain, Hirokazu Kore-eda continue logiquement sa filmographie - déjà conséquente, presque dix films - en imposant de nouveau son style d’une douceur raffinée, toujours avec le même choix de raconter de petites histoires en les faisant paraîtres grandes, sentimentales, et donc marquantes pour un public international.

Kore-eda peut souvent être qualifié de disciple de Yasujiro Ozu, tant ses scénarios et son esthétique s’en rapprochent sans pour autant nous livrer de simple copiés-collés. La faiblesse de ses précédents films (Still Walking, I Wish) ne se situait pas uniquement dans le versant sentimental montré trop explicitement, mais également dans le fait de filmer les enfants de façon plate, académique, et lourdement ennuyeuse. Tel père, tel fils est clairement d’une autre catégorie : ce neuvième film ayant touché le jury du dernier festival de Cannes (et en particulier le président Spielberg, qui a souhaité acheter les droits en vu d’un remake américain) fait preuve d’une nouvelle maturité, d’un nouveau positionnement du cinéaste vis-à-vis de ce qui nous est montré, et de ce qui ne l’est pas dans cette histoire typiquement labélisée Kore-eda.

Encore une fois, le japonais aborde la riche thématique familiale omniprésente au cœur de son cinéma. L’intrigue paraît cette fois plus complexe : deux nourrissons ont été échangés à la maternité quand ils sont nés. Le fils des parents riches a alors été élevé pendant six ans par des parents pauvres, et le fils des parents pauvres par les parents riches. Cette structure en diagonale ne comportera aucun affrontement direct, mais surlignera un conflit évident : celui de débuter une nouvelle vie après six ans dans une autre. Pendant plus de deux heures, Kore-eda nous montre l’interpénétration des deux familles, les rapports entre enfants et entre parents, qui avec surprise paraitra trop équilibré pour être pleinement cohérent. Mais pensons que nous sommes devant un film asiatique, où les effets de style et de narration sont à des années lumières de ceux des occidentaux, sans volonté de démarcation. Tel père, tel fils échappe à la platitude assumée du cinéaste précisément par le personnage du père architecte (le plus aisé) : si les trois autres parents semblent bouleversés mais content de rencontrer leur véritable enfant, ce dernier personnage est quant à lui davantage ambigu, sous entendant une rage et un désaccord prêts à éclater. Ce type de personnage était déjà présent dans Still Walking (le grand père) mais paraissait bien plus stéréotypé et trop « Ozuien » pour surprendre et émouvoir.

L’émotion de Tel père, tel fils découle donc de ce rassemblement des deux familles instable, où un curieux suspense émerge tout au long de la connaissance respective des traditions, nous amenant à douter du grand final. Les deux fils, brillamment dirigés pour des enfants aussi jeunes (six ans) déploient un jeu conjugué à la fois entre le fait de ne pas déplaire aux parents, mais aussi de trouver eux même leur bonheur. La mise en scène de Kore-eda est cette fois parcourue par un leitmotiv musical (de belles notes de piano) plus récurrent et douceâtre que dans I Wish. Ces petites notes s’incarnent à merveille dans l’esprit aussi bien reposé que dérangé des parents et des enfants, menant à des scènes d’une simplicité visuelle et d’une richesse émotionnelle folle : la séquence au bord d’une rivière où la famille se photographie est en ce sens centrale et sublime, précisément car Kore-eda ne cherche pas à réaliser de beaux plans léchés et naïfs, mais préfère installer un dispositif fonctionnant sur le questionnement psychologique profond des personnages, et non sur la simple issue de l’histoire, en définitive anti spectaculaire. C'est une trace nette qu'elle laissera dans nos cœurs, peu habitués à ce brassage d’émotions, sonnant juste et évitant le pédantisme agaçant d’I Wish. Les films de Kore-eda demeure néanmoins limités, parfois à la frontière du pathos, mais souvent incroyablement touchants, de façon quasi inexplicable, témoignant ainsi du talent et la réputation de ce (grand?) cinéaste japonais.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 200 fois
2 apprécient

Autres actions de Forrest Tel père, tel fils