👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Le film débute et se finit par deux moments forts, en miroir, presque en contraste. Suleiman et Layla, le père et la fille, dans la voiture, complices au début, elle apprenant à conduire, porteuse d’espoir et d’émancipation. Puis les mêmes silencieux à la fin, assis, résignés, comme deux étrangers. Une tempête est passée.

Premier long-métrage de la réalisatrice Elite Zexer, Tempête de sable emprunte beaucoup au Mustang d’Ergüven : femmes en lutte dans une société patriarcale, poids des traditions contre modernité galopante, gamines effrontées à la longue chevelure. Mais s’il est bien question des relations homme/femme, le film en présente une vision moins manichéenne et moins tranchée. Suleiman, le père de famille, se plie aux traditions mais ne s’y complaît pas. Il n’est au fond qu’un homme ordinaire, un peu lâche, qui vit son pouvoir comme un fardeau. « Je n’avais pas le choix », répète-t-il à plusieurs reprises, comme une excuse, à sa femme et sa fille quand elles le confrontent à ses décisions.

La mère et la fille. Jalila et Layla, deux femmes fortes qui s’affrontent avant d’unir leur force. Leur lutte est universelle, contemporaine : le droit pour les femmes à la dignité, au respect, au choix. « Choisis un mari qui soit digne d’elle ! », exige Jalila en mettant Suleiman à la porte. Geste de rébellion, immense, où la femme chasse symboliquement l’homme du foyer et prend sa place. Son coup d’éclat coûtera cher à Jalila mais n’aura pas été vain. C’est elle, la figure inspiratrice vers qui se tourneront les filles à la fin du film. La tempête aura laissé derrière elle des grains d’espoir.

Pauline_Vallée1
7

il y a 4 ans

3 j'aime

Tempête de Sable
Pauline_Vallée1
7

(Re)mariage

Le film débute et se finit par deux moments forts, en miroir, presque en contraste. Suleiman et Layla, le père et la fille, dans la voiture, complices au début, elle apprenant à conduire, porteuse...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

Tempête de Sable
6nezfil
6

Le poids des traditions

Assez bizarrement, au gré des recherches sur le net concernant Tempête de sable, premier long-métrage d'Elite Zexer, on s'aperçoit que celle-ci est à plusieurs reprises présentée comme "réalisateur...

Lire la critique

il y a 5 ans

1 j'aime

2

Tempête de Sable
Christoblog
8

Beau et retord

On a l'impression, en regardant Tempête de sable, de se voir proposer pour la millième fois le tableau consternant de la condition de la femme dans une société profondément machiste, ici une tribu...

Lire la critique

il y a 5 ans

1 j'aime

I Am Not Your Negro
Pauline_Vallée1
8

Face sombre des Etats-Unis

A partir d’un texte original de James Baldwin, Raoul Peck (ni plus ni moins que l’actuel président de la Femis) a décidé de réaliser I Am Not Your Negro, film-documentaire très étoffé sur la...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

Tempête de Sable
Pauline_Vallée1
7

(Re)mariage

Le film débute et se finit par deux moments forts, en miroir, presque en contraste. Suleiman et Layla, le père et la fille, dans la voiture, complices au début, elle apprenant à conduire, porteuse...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

The Young Lady
Pauline_Vallée1
7

Lady Chatterley meurtrière

Lady McBeth ou encore Emma Bovary, les comparaisons littéraires ne manquent pas pour inspirer Katherine, héroïne du dernier film de William Oldroyd, lui-même adaptaté du roman russe Lady Macbeth du...

Lire la critique

il y a 4 ans

2 j'aime